vendredi 23 mai 2008

Travaux Pratiques 7.


Petit sentier de probation.


La Connaissance est le savoir éprouvé. Au fil des articles de l’académie d’Hermès Trismégiste je m’efforce d’ouvrir les livres de la Science Hermétique et de son langage analogique qui est celui qui fait le plus appel aux facultés supérieures. Par mes petits commentaires, j’espère vous donner quelques outils qui en facilitent la pratique et la compréhension. Le meilleur moyen de mesurer vos progrès est encore de mettre vos acquis à l’épreuve par une pratique régulière. Dans ce dessein je vous propose une série de petits travaux pratiques basés sur l’un des textes de la grande tradition hermétique occidentale, le plus connu du plus grand nombre, et pourtant le plus mal compris, je veux parler de la Divine Comédie de Dante Alighieri, traduction de Rivarol.


Je soumets chaque extrait à votre méditation et à votre capacité à en pénétrer les Sens Parlant, Signifiant et Cachant. Libre à vous de nous faire partager par vos commentaires, l’interprétation que vous en faites. Ceux qui feront l’effort de ce partage, seront nécessairement sur le sentier de probation, celui qui consiste à soumettre courageusement ses connaissances à l’épreuve. Ils s’apercevront aussi rapidement qu’en acceptant cet exercice régulier, ils progresseront dans la maîtrise du langage analogique, s’ouvrant par la même de nouvelles perspectives spirituelles.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’enfer de Dante : Chant I. Suite 7.

Et comme le joueur que transportait tantôt
l'espoir joyeux du gain ne fait que s'affliger,
se plaint et se morfond, si la chance a tourné,

tel me fit devenir cette bête inquiète
qui gagnait du terrain et, insensiblement,
me refoulait vers l'ombre où le soleil se tait.

Tandis que je glissais ainsi vers les abîmes,
devant mes yeux quelqu'un apparut tout à coup,
qui, l'air mal assuré, sortait d'un long silence.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

3 commentaires:

OseKa a dit…

"Et comme le joueur que transportait tantôt
l'espoir joyeux du gain ne fait que s'affliger,
se plaint et se morfond, si la chance a tourné, " :

Intuition immédiate relative au sens cachant...
L'auteur fait indubitablement allusion au destin.
L'ange déchu que représente l'humain sur le chemin d'expiation, se trouve s'il ne prend garde, couper de son Essence, à savoir l'Esprit, le nouménal, l'invisible pour le commun des mortels.
Dans son véhicule terrestre - sa substance temporel - il se trouve ainsi livré aux affres du destin, balloté au gré des événements... tel le capitaine d'un navire qui serait dans l'impossibilité de tracer son chemin, balloté au gré du vent.
---
"tel me fit devenir cette bête inquiète qui gagnait du terrain et, insensiblement,me refoulait vers l'ombre où le soleil se tait."

Indéniablement les ténèbres de l'ignorance spirituelle. La descente de l'initié dans les enfers de lui-même... descente préalable à toute progression... Fruit de l'expression "Connais toi, toi-même et tu connaitras l'univers et les dieux".
Ces ténèbres qui nous poussent sans cesse à chercher ailleurs se qui se trouvent devant notre nez.
---
"Tandis que je glissais ainsi vers les abîmes, devant mes yeux quelqu'un apparut tout à coup,
qui, l'air mal assuré, sortait d'un long silence."

Qui serait à mème de sortir d'un long silence si ce n'est l'expression même de la faculté volitive ?... Celle là même qui permettra l'éveil de la conscience...

Mais le parcours en est aux prémisses... et la remontée du fleuve Léthé (ce long tunnel blanc de la NDE) nécessitera encore bien des efforts de la part de l'étudiant en recherche d'équilibre entre les mondes de l'esprit et de la matière...

Le chaos précéde toujours l'avénement d'un nouveau monde : telle est la loi du TAO.
----
Hors Sujet :
C'est la fonction qui crée l'organe (Darwin).... alors pourquoi disposer d'un cerveau si ce n'est que pour se servir de 10% des capacités dudit organe ?

TOI a dit…

Et comme le joueur que transportait tantôt
l'espoir joyeux du gain ne fait que s'affliger,
se plaint et se morfond, si la chance a tourné,


Voici, me semble t'il, l'expression de l'ignorance magnifiquement imagée par "le joueur". Il est ainsi, à cause de son ignorance, le jouet du destin qui le fera passer successivement du grand espoir à la déception la plus totale.
On peut y voir aussi, plus spirituellement, l'homme qui recherche la richesse spirituelle. Ne connaissant pas les Lois qui veulent que chacun à ce qu'il mérite et que la providence ne s'impose pas, mais qu'elle ne s'acquière que par adhésion volontaire, il devient cette bête inquiète que nous pouvons lire ci-après :

"...tel me fit devenir cette bête inquiète
qui gagnait du terrain et, insensiblement,
me refoulait vers l'ombre où le soleil se tait.


Voilà, toujours me semble t'il, l'état de l'homme qui espérait les nourritures spirituelles sans faire l'effort de vouloir aller les chercher.

"...Tandis que je glissais ainsi vers les abîmes,
devant mes yeux quelqu'un apparut tout à coup,
qui, l'air mal assuré, sortait d'un long silence."


L'image me semble toute aussi belle. Lorsque l'humanité, par sa nature involutive, sombre dans un chao trop profond pour qu'elle puisse s'en relever d'elle-même, il y a toujours des êtres hautement spirituels pour intervenir.

L'homme n'est jamais seul, même dans son plus profond désespoir.

gery a dit…

"Et comme le joueur que transportait tantôt
l'espoir joyeux du gain ne fait que s'affliger,
se plaint et se morfond, si la chance a tourné,"
- Plutôt que "joueur", la description serait celle d'un pion de ce jeu de Cabbale, prisonnier de règles qu'il ne maîtrise pas du fait de son incappacité à dominer ses faiblesses et à comprendre la Loi... toujours soumis aux affres du destin, balloté entre passions et émotions qui l'enchaînent...

"...tel me fit devenir cette bête inquiète
qui gagnait du terrain et, insensiblement,
me refoulait vers l'ombre où le soleil se tait"
- toujours cette même lutte contre "la bête" insidieuse qui profite de la moindre faiblesse pour s'infiltrer et reprendre possession du palais

"...Tandis que je glissais ainsi vers les abîmes,
devant mes yeux quelqu'un apparut tout à coup,
qui, l'air mal assuré, sortait d'un long silence."
- apparition providentielle, aide qu'il n'est pas toujours évident de saisir parce que la forme qu'elle revêt fait qu'on ne l'identifie pas comme telle au premier abord et qu'elle ne met pas forcément en confiance par l'"aspect" qu'elle propose ("mal assuré"), "sortant d'un long silence"... et qui peut-être ne ce sera pas manifestée à nos précédentes sollicitations ou que l'on aura pas su "entendre" et "comprendre" comme telle.