mardi 6 mai 2008

Chronique intermédiaire 12

Les mystères de la forme.


Par cette chronique sur la forme, j'aborde ce qui constitue probablement l’un des plus grands mystères de la Science Hermétique. Parler de la forme implique l'activation du puissant magnétisme attracteur de la raison concrète produisant une profusion d'images denses, structurées et épaisses du monde tangible.

Pour l'intellect raisonneur, la forme n'est pas autre chose qu'une surface ou un volume clairement délimité dans l'espace. Cette identification de la forme à une manifestation concrète, tangible, mesurable, sera celle de la matérialisation la plus densifiée, et la puissance magnétique de cette forme matérialisée, comme je le disais en introduction de cette étude, sera l'attracteur de la pensée la plus lourde qui est à l'origine de la manifestation de cette forme. L'intellect raisonneur traduira toujours l'idée de la forme, par sa manifestation tangible, avec pour redoutable conséquence de lui faire perdre toute subtilité le condamnant à une puissante distorsion de sa vision spirituelle des choses, au profit de la vision la plus organique et sensorielle. Ainsi, comme cela s'est traduit dans les textes bibliques rédigés par des scribes n'ayant aucune clairvoyance subtile, Adam et Eve pour exister, doivent passer de l'état d'argile sur le tour du potier divin qui lui donne une forme semblable à la forme organique de l'être humain, sans aucune transition à celui d'individus de chair de sang et d'os. Ce n'est plus ni de la magie ni du miracle, c'est la violation chimérique et délirante des Lois de la Divine Création.

Penser qu'il ne puisse y avoir de formes que sous cet aspect concret, tangible, et palpable, formes perceptibles uniquement par les sens organiques, est le propre du raisonnement que produit l'intellect raisonneur sensoriel. La forme n'est plus ici qu'une enveloppe, un emballage malléable et périssable dont le souffle vital n'est plus la composante essentielle. Aborder le Principe occulte de la forme avec comme connaissances sur le sujet que celles des formes matérielles, c'est se condamner à ne jamais parvenir à trouver les portes qui ouvrent sur les mystères de la Science Hermétique, c'est en plus, limiter ses facultés inférieures, celles de la sphère organique et temporelle.

Prenons quelques exemples pour illustrer plus concrètement mon propos. Si nous partons de la densité la plus basse et du magnétisme le plus puissant, la forme sera comme je l'ai dit plus haut, une surface ou un volume dans l'espace numériquement définissable. Il s'agira d'une forme corporelle identifiable par une image concrète aisément mémorisable. Par analogie simpliste, cette forme conservera sa spécificité, même si elle n'est plus en osmose avec sa substance originelle (souffle vital), comme lorsque l'on fait un palmier avec des matériaux différents de ceux qui donnent la forme et la vie à cet arbre. Chacun saura facilement identifier la représentation d'un palmier, sans pour autant le confondre avec l'original. Ici la forme n'est plus que le symbole représentatif et figé d'une création vivante et évolutive. La forme a donc produit deux aspects différents l'un celui d'une forme vivante (matière animée par le souffle vital), et l'autre celui d'un symbole de cette forme vivante, mais qui n'est doué d'aucune vie. Nous voyons dans ce premier exemple, que la forme devient rapidement beaucoup plus qu'une enveloppe ou qu'un contour, mais qu'elle possède des propriétés de nature intangible. La forme produit aussi d'autres formes qui deviennent rapidement indéfinissables d'un point de vue mathématique, sans pour autant perdre de leur aspect concret et tangible. Un arbre sera une forme spécifique bien précise, mais la multiplication de cet arbre produira un bosquet, puis une forêt qui seront des formes identifiables par leurs aspects et leurs compositions, mais pas nécessairement par leurs contours, leur poids et leur surface.

D’ailleurs arrêtons-nous un instant sur ce qui caractérise spécifiquement un arbre dans sa forme. Nous avons les racines, le tronc, les branches, les feuilles, les fleurs et les fruits contentant la graine de résurrection. Ceci ne permet pas de distinguer un arbre d’une espèce, d’un arbre d’une autre espèce, d’autant que pour une même espèce, chaque arbre n’aura pour autant la même taille, la même longueur de branche, la même forme rigoureusement géométrique, le même nombre de feuilles... Pourtant du premier coup d’oeil il sera quand même possible de dire que tel arbre est un saule pleureur, un autre un peuplier ou en autre un chêne, car il se dégage de chaque arbre une entité spécifique qui résulte de la forme habituelle des branches et de leur arborescence dans l’espace, de la particularité des feuilles, du grain de leur écorce, de la taille courante à l’espèce. En dehors des fleurs et des fruits si caractéristiques de chaque arbre, il serait difficile à une personne de pouvoir dire avec précision pourquoi d’un seul coup d’oeil elle est capable de distinguer, même de très loin, une espèce d’arbre d’une autre...

Poursuivons dans l'exploration des formes. Nous aurons, sur le plan des manifestations fortement densifiées, des formes en rapport avec les quatre éléments. L'eau ne sera pas uniforme, elle sera soit une goutte d'eau, soit une mare ou un lac, soit un ruissellement ou un puissant fleuve, soit une mer ou un océan, ou encore plus subtile, un simple nuage. Chacune de ces manifestations de l'eau comportera la possibilité de produire une multitude de formes par exemple des vagues des tourbillons ou des courants. Chaque forme ayant une spécificité et des caractéristiques pouvant interagir avec les autres formes du même élément, mais aussi avec les autres éléments. Ainsi, bien que l'Europe et le Canada soient pratiquement sur la même latitude, le climat de l'Europe est nettement plus tempéré pour la simple et bonne raison qu'il bénéficie du courant du Gulf Stream venant réchauffer ses côtes et produisant une météorologie spécifique à ce continent. Ce courant chaud dans l'océan Atlantique possède sa propre forme qui n'est pas très précisément mesurable et quantifiable, mais qui n'en est pas moins réelle. L'air produira lui aussi ses formes spécifiques, comme les brises légères, les courants d'air, les vents plus ou moins violents, les tornades, les cyclones les ouragans. Les formes de ces manifestations pourront être visibles par l'oeil humain, comme pour le cas d'une tornade ou d'un cyclone, ou totalement invisible pour le courant d'air ou la brise légère, sans qu'il soit pourtant raisonnable de douter de leurs existences. Le feu produira lui aussi ses propres manifestations de formes, sous l'aspect de flammes, d'étincelles, d'arcs électriques, mais il sera aussi celui qui permettra aux autres éléments de produire et manifester leurs propres formes.

Voyons maintenant ce qu'il en est de formes beaucoup moins tangibles, que la vision organique ne peut pas voir directement, mais dont il est pourtant difficile d'en nier la réalité. Il y a d'abord la forme d'une Nation ou d'un pays, dont l'existence n'est pas visible ni correctement discernable, hormis peut-être pour les îles nations. Lorsque nous regardons la terre en prenant de l'altitude, il n'y a pas le contour (la forme) des frontières qui s'y dessine clairement, car cette forme géographique n'est en réalité qu'une forme abstraite, imaginaire et bien souvent instable, qui ne se représente symboliquement que de manière topographique, mais pas géographique. A l'intérieur de cette Nation ou de ce pays, il y aura des formes informelles, comme les formes politiques, religieuses, culturelles ; les formes juridiques, les formes sociales ; les formes éducatives, militaires, administratives, civiles. Toutes ces formes impalpables n'en sont pas moins des réalités concrètes, mais avec des contours informels.

Élargissons, notre perception des formes sur le plan astral. Là encore, il est manifeste qu'un système solaire se définira par une forme, une constellation par une autre, comme ce sera le cas pour une nébuleuse, une galaxie ou même un trou noir. Nous pouvons constater que la notion de forme change selon le plan où nous l'appliquons, alors serait-il possible qu'il puisse y avoir des formes sur le plan Mental, celui des Principes et des Abstractions pures ?... La réponse est oui, mais alors comment concevoir ces Principes et la forme qui leur correspond sans sombrer dans les illusions de la vision organique.... Ces Principes ne s'appréhendent dans la Science Hermétique que sous l'aspect des Nombres sacrés, comme j''ai déjà eu à plusieurs reprises l'occasion d'aborder le sujet dans les articles de l'académie d'Hermès Trismégiste. A la question de savoir quelle peut être la forme de ces Nombres sacrés, je crois qu'il serait difficile à l'intellect purement raisonneur, de pouvoir apporter la moindre réponse cohérente et harmonieuse, peut-être même que pour cet intellect raisonneur Un Nombre sacré ne peut pas avoir de forme... Pourtant, un Principe inviolable de la Divine Création veut que rien ne puisse exister sans avoir une forme, donc si ces Nombres sacrés qui représentent les Principes immémoriaux de la Divine Providence existent, ils ont donc forcément une forme, et les formes de ces Principes sont les sons et les couleurs. Sons et couleurs qui doivent s'entendre d'une façon ésotérique et hermétique, et qu'il convient de ne pas réduire à ce que perçoit l'individu emprisonné dans ses cinq sens, par le bruit et le coloriage rustique de sa sphère de perceptions.

Il découle de tout ceci, que la forme est l'attribut obligatoire de toute manifestation quel que soit le plan où se produit ce phénomène. Nous pouvons donc légitimement en déduire que ce qui est à l'origine de la moindre manifestation est nécessairement une pensée puisque c'est ce qui est préalable à chaque manifestation ; chaque pensée possède une forme, ou plutôt un champ de formes qui lui est spécifique et sera fonction des plans où elle se manifeste.... Bon, là je pressens que l'on entre dans ce qui sera pour beaucoup une terra incognita, et qu'il convient de ne pas avancer trop vite. D'ores et déjà, ce présent sujet comporte, me semble-t-il, une riche matière à méditation, mais pour lui permettre d'avoir une amplitude en rapport avec la Science Hermétique, je poursuivrai un peu plus, en abordant un sujet mystérieux en rapport avec la forme et ses différents plans de manifestations. L'extrait qui suit est d'un grand Initié Tibétain, et ne constitue qu'un très court résumé d'un enseignement qui se retrouve dans la Doctrine Secrète d'H.P. Blavatsky :

Le travail de construction de la forme.

Ce travail de construction des formes s'effectue selon des lois précises qui sont les lois de la substance même ; l'effet est le même, qu'il s'agisse de véhicules humains, planétaires ou solaires. Les différents stades peuvent être énumérés comme suit :

1. Le stade nébuleux, stade où la matière du futur véhicule commence à se séparer progressivement de l'ensemble de la substance du plan et à prendre un aspect nébuleux ou laiteux. Ceci correspond au stade du "brouillard de feu" dans la formation d'un système solaire ou d'une planète. Les Pitris du Brouillard sont alors actifs en tant que l'un des nombreux groupes subsidiaires des trois groupes majeurs.

2. Le stade rudimentaire. La condensation a commencé, mais tout est encore fruste et dans un état chaotique ; il n'y a pas de formes précises. "Les Pitris du Chaos" dominent et sont caractérisés par un excès d'énergie et une activité violente, car plus grande est la condensation avant la coordination, plus violents sont les effets de l'activité. Ceci est vrai des Dieux, des hommes et des atomes.

3. Le stade de Feu. L'énergie interne des atomes qui s'agglomèrent rapidement et leur effet les uns sur les autres produisent un accroissement de chaleur et en conséquence l'apparition de la forme sphéroïdale, de sorte que le véhicule de toutes les entités se révèle être fondamentalement une sphère tournant sur elle-même, attirant et repoussant d'autres sphères. Les Pitris des Sphères de Feu ajoutent leur travail à celui des deux groupes précédents et un état bien déterminé est atteint. Les Pitris lunaires dans tous les schémas et dans le système solaire tout entier sont littéralement les agents actifs de la construction du corps physique dense du Logos ; ils fournissent l'énergie à la substance des trois plans des trois mondes, les plans mental, astral et physique dense du système. Cela mérite d'être médité.

4. Le stade aqueux. La boule ou sphère d'essence gazeuse embrasée se condense davantage et se liquéfie ; sa surface extérieure commence à se solidifier et le cercle infranchissable de chaque véhicule se précise plus clairement. La chaleur de la sphère s'accroît et se centralise dans le coeur de la sphère où elle produit cette pulsation centrale qui caractérise le soleil, la planète et les divers véhicules de toutes les entités incarnées. C'est un stade analogue à celui où la vie s'éveille chez le foetus au cours de la période prénatale ; on peut retrouver cette analogie dans la construction des formes sur tous les plans. Ce stade marque la coordination des deux groupes supérieurs de Pitris lunaires ; les "Pitris de la double Chaleur" coopèrent dès lors intelligemment. Le coeur et le cerveau de la substance de la forme qui évolue lentement sont reliés. L'étudiant trouvera intéressant de rechercher l'analogie de ce stade aqueux avec la place occupée par le plan astral dans le corps planétaire et systémique, et l'alliance entre mental et coeur qui est contenue dans le terme "kama-manas". L'un des plus profonds mystères occultes sera révélé à la conscience de l'homme lorsqu'il aura résolu le secret de la construction de son corps astral et de la formation du lien existant entre ce véhicule et la lumière astrale dans sa totalité sur le plan astral.

5. Le stade éthérique. Ce stade ne se limite pas à la construction du corps physique dans sa partie éthérique, car on retrouve sa contrepartie sur tous les plans concernant l'homme dans les trois mondes. La condensation et la solidification de la matière se sont poursuivies de telle sorte que maintenant les trois groupes de Pitris forment une unité dans le travail. Le rythme originel a été établi et le travail synchronisé. Les constructeurs inférieurs travaillent systématiquement et la loi de Karma se manifeste activement, car il faut se souvenir que c'est le karma inhérent, la coloration, ou réponse vibratoire de la substance même qui constitue la réaction sélective à la note égoïque. Seule la substance qui (grâce à une utilisation antérieure) a été accordée à une certaine note et une certaine vibration, répondra au mantra et aux vibrations subséquentes émises par l'atome permanent. Ce stade est d'une grande importance, car il marque la circulation vitale d'un type particulier de force dans tout le véhicule. On peut observer ceci clairement en ce qui concerne le corps éthérique qui fait circuler la force vitale ou prana du soleil. Une liaison similaire avec la force correspondante s'effectue sur les plans astral et mental. "Les Pitris de la triple Chaleur" travaillent maintenant synthétiquement et le cerveau, le coeur et les centres inférieurs sont coordonnés. L'inférieur et le supérieur sont reliés et les canaux sont dégagés, de sorte que la circulation de l'énergie triple soit possible. Ceci est vrai pour la construction des formes de toutes les entités, macrocosmiques ou microcosmiques. Ce stade est marqué par la coopération active d'un autre groupe de Pitris appelés "Pitris de la Vitalité" qui est en liaison avec les autres. Ces groupes coopèrent, car les trois divisions principales sont composées d'un grand nombre de plus petites.

6. Le stade solide. C'est le stade terminal de la véritable construction des formes ; c'est le moment où le travail est achevé en ce qui concerne l'agglomération et la mise en forme de la substance. La plus grande partie du travail des Pitris lunaires est maintenant accomplie. Le mot "solide" ne s'applique pas uniquement à la manifestation objective la plus inférieure, car une forme solide peut être éthérée ; seul le stade d'évolution de l'entité considérée révèle sa signification relative. Tout ce qui vient d'être exposé quant aux étapes successives de la construction de la forme sur tous les plans est vrai de toutes les formes, dans tous les systèmes et schémas, et c'est vrai aussi de toute construction de formes-pensées. L'homme construit constamment des formes-pensées et emploie inconsciemment la même méthode que son âme -de-vie construisant ses corps, que le Logos construisant son système, et qu'un Logos planétaire construisant Son schéma.

Lorsque l'homme parle, il en résulte un mantra très diversifié. L'énergie ainsi générée fait entrer en activité une multitude de petites vies qui se mettent à construire une forme pour sa pensée ; elles suivent des stades analogues à ceux que nous venons de décrire. Actuellement, l'homme provoque ces vibrations mantriques inconsciemment et dans l'ignorance des lois du son et de leurs effets. Le travail occulte qu'il accomplit reste ignoré de lui. Plus tard, il parlera moins, en saura davantage, et construira des formes plus exactes qui engendreront des effets puissants sur les plans physiques. Ainsi, au cours de cycles lointains, le monde sera finalement "sauvé", et il ne s'agira plus seulement d'une unité isolée.

Cette construction des véhicules humains présente certains points intéressants dans la manifestation, dont nous pourrions traiter maintenant, laissant à l'étudiant le soin de découvrir les correspondances avec le système et la planète et ne donnant que des indications générales pouvant être utiles à ses conclusions.

Pour conclure très provisoirement sur cet important sujet de la forme, je voudrais rappeler que seule la lecture analogique et ésotérique permettra de sortir de la puissante attraction de la forme dense qui enferme et attire les pensées les plus épaisses et les plus lourdes. Chaque pensée a une forme, chaque pensée subtile a une forme subtile ; chaque pensée vertueuse a une forme vertueuse, chaque pensée vicieuse a une forme de même nature. Chaque pensée injuste à une forme biscornue et souvent grotesque. Chaque pensée purement intellectuelle a une forme dissymétrique ; chaque pensée matérialiste a une forme de souffrance et d'asservissement ; chaque pensée spirituelle et vertueuse a une forme harmonieuse et libératrice. Et comme la pensée qui possède une âme est vivante, elle est aussi évolutive dans sa croissance intrinsèque et dans sa forme qui est sa manifestation extrinsèque.

Méconnaître la puissance de la pensée que traduit la forme, c’est se fermer à l’intelligence de la loi des actions mystérieuses.



------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

12 commentaires:

OseKa a dit…

La représentation par l'image d'une forme (une photographie par exemple) est-elle susceptible d'émettre la même vibration (champ vibratoire) que la forme elle même ?

Merci par avance pour la réponse.
Fraternellement

Lug le gardien du Temple a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Lug le gardien du Temple a dit…

Comment croire un seul instant que ce qui n'est pas animé par le souffle vital puisse avoir un taux vibratoire aussi élevé que ce qui possède le prana..

OseKa a dit…

Une conscience éveillée n'est-elle pas susceptible "d'habiter" d'autres formes tel le conducteur peut à loisir emprunter différents véhicules ?

Lug le gardien du Temple a dit…

Une conscience habite toujours une forme en rapport de son patrimoine karmique (développement)...

Et de là ou je me tiens j'ai du mal à percevoir une conscience éveillée (essence vitale animatrice) dans une photographie...

Le sceptre est le symbole de l'autorité d'un souverain, mais il n'est pas le souverain, sachons discerner l'accessoire de l'essentiel.

OseKa a dit…

Se basant sur les données de la radiesthésie tout autant que sur les secrets de la tradition ésotérique, le Colonel Janius dans son ouvrage "Moyens mystérieux de succès" a posé le théorème suivant :
"La photo, le plan, le schéma, le symbole ou le signe représentant une chose, émettent les mêmes ondes que cette chose".

Ce théorème reçu confirmation par la suite grâce aux découvertes du professeur Morichini de Rome qui a inventé une sorte de télescope pour capter l'énergie cosmique émanant de ce qu'on appelle en cosmobiologie "un aspect" c'est à dire la position angulaire de deux ou plusieurs astres dans le ciel.

Ayant eu l'idée de braquer le télescope non sur le ciel mais sur la figuration dessinée, ou même seulement le symbole de l'aspect céleste, le Professeur Morichini a constaté des résultats extraordinaires :
L'eau impressionnée par ce procédé jouit des propriétés identiques à celles de l'eau directement soumise aux radiations de planètes elles-mêmes !
Elle dérange les cristallisations, se charge d'électricité, impressionne les plaques photos, favorise la prolifération cellulaire...

Fraternellement

Lug le gardien du Temple a dit…

J'ai bien peur que vos références ne rendent pas plus juste votre pensée initiale qui voulait qu'une image photographique puisse émettre les mêmes vibrations que sont modèle vivant...

Qu'il puise y avoir une certaine et très faible résonance résiduelle, la chose me semble être du domaine du possible, mais de là à subodorer qu'il puisse y avoir identité vibratoire entre le sceptre et le souverain, la réduction ne peut manquer d'entrainer une distorsion considérable de la vision subtile et du discernement.

La métaphysique, plus encore que la physique, exige rigueur et discipline.

Sauf démonstration du contraire qui reste à faire, une photo ne peut pas avoir le même champ vibratoire que la personne ou la chose dont elle fixe l'image de façon inerte.

toi a dit…

De mon petit point de vue...

Il me semble qu'une photo est un objet sans vie qui ne laisse aucune vibration. Les seules vibrations perceptibles seront les pensées fortes de ceux qui ont tenu la photo auparavant.

Du coup, deux photos absolument identiques peuvent sûrement émettrent des vibrations différentes, bien qu'elles restent sans vie.

On retrouve le cas pour une maison qui, si elle reste sans vie, les murs gardent l'emprunte des anciens occupants.

Et notre colonel Janius ignore sûrement les pouvoirs de la pensée...

Que j'me dis...

OseKa a dit…

Lug, loin l'idée de toute controverse...
---
N'est-ce pas pourtant l'un des principes de la radionique qui dit par exemple que le décagone, de par sa structure géométrique, émet une force vibratoire ?
N'est-ce pas aussi le principe de la talismanie ?

Fraternellement

OseKa a dit…

"Qu'il puise y avoir une certaine et très faible résonance résiduelle, la chose me semble être du domaine du possible, mais de là à subodorer qu'il puisse y avoir identité vibratoire entre le sceptre et le souverain, la réduction ne peut manquer d'entrainer une distorsion considérable de la vision subtile et du discernement".
---------
De Serguei Lazarev - aux éditions du dauphin
Vers une médecine de l'âme - Diagnostic karmique (page 143)

"Chaque objet lié ou ayant appartenu à quelqu'un est un accès à l'information contenue dans les champs de cette personne"

Lug le gardien du Temple a dit…

Mon cher oseka, je m'efforce de répondre à une question posée avec la rigueur qui convient à celui qui se préoccupe d'avoir la pensée la plus juste qu'il soit possible.

Soit votre question initiale est mal formulée, soit vous tentez par des glissement sémantiques, d'échapper aux conséquences de ma réponse qui prétend à juste titre qu'une photo ne peut et ne pourra jamais avoir le même champ vibratoire que l'objet ou la personne qu'elle représente!

Dire que machin ou truc ont dit qu'il y avait des vibrations dans un objet donné, n'est pas de nature à changer quoi que ce soit au débat. D'ailleurs faut-il avoir des compétences particulières pour prétendre qu'il y a des vibrations dans chaque choses?...

Pour en terminer sur cet échange qui perd de son intérêt et de sa cohérence pour cause de manque de rigueur, je persiste et signe dans ma réponse initiale.

Contrairement à ce que vous formuliez par une pensée manquant singulièrement de justesse, une image d'une chose ne pourra jamais prétendre rivaliser en énergie vibratoire avec cette chose, qui en plus est vivante, consciente et animée.

Enfin, l'enseignement qu'il est possible de tirer de ceci, réside toujours dans le fait qu'une pensée injuste en vertus provoque des distorsion de la vision des réalités spirituelles.

Bien cordialement

OseKa a dit…

Merci Lug pour cet échange de point de vue...
Je pense que vous avez raison et qu'il importe de toujours confronter ses réflexions pour qu'en finale la vérité transparaisse dans la richesse de chacun...
Bien cordialement