vendredi 9 mai 2008

Travaux Pratiques 5.


Petit sentier de probation.


La Connaissance est le savoir éprouvé. Au fil des articles de l’académie d’Hermès Trismégiste je m’efforce d’ouvrir les livres de la Science Hermétique et de son langage analogique qui est celui qui fait le plus appel aux facultés supérieures. Par mes petits commentaires, j’espère vous donner quelques outils qui en facilitent la pratique et la compréhension. Le meilleur moyen de mesurer vos progrès est encore de mettre vos acquis à l’épreuve par une pratique régulière. Dans ce dessein je vous propose une série de petits travaux pratiques basés sur l’un des textes de la grande tradition hermétique occidentale, le plus connu du plus grand nombre, et pourtant le plus mal compris, je veux parler de la Divine Comédie de Dante Alighieri, traduction de Rivarol.


Je soumets chaque extrait à votre méditation et à votre capacité à en pénétrer les Sens Parlant, Signifiant et Cachant. Libre à vous de nous faire partager par vos commentaires, l’interprétation que vous en faites. Ceux qui feront l’effort de ce partage, seront nécessairement sur le sentier de probation, celui qui consiste à soumettre courageusement ses connaissances à l’épreuve. Ils s’apercevront aussi rapidement qu’en acceptant cet exercice régulier, ils progresseront dans la maîtrise du langage analogique, s’ouvrant par la même de nouvelles perspectives spirituelles.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’enfer de Dante : Chant I. Suite 5.

C'était l'heure où le jour commence sa carrière,
et le soleil montait parmi les mêmes astres
qui l'escortaient jadis, lorsque l'Amour divin

les mit en mouvement pour la première fois ;
et je croyais trouver des raisons d'espérer,
sans trop craindre le fauve à la belle fourrure,

dans l'heure matinale et la belle saison ;
mais je fus, malgré tout, encor plus effrayé
à l'aspect d'un lion qui surgit tout à coup.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

5 commentaires:

OseKa a dit…

"C'était l'heure où le jour commence sa carrière, et le soleil montait parmi les mêmes astres
qui l'escortaient jadis, lorsque l'Amour divin les mit en mouvement pour la première fois" :

Le soleil se lève à l'est dans les confins de l'orient... origine de savoirs ancestraux n'ayant subis pratiquement aucune modification depuis leurs origines (acupuncture, yi king...) comme des savoirs venus d’ailleurs en guise d’aide à l'humanité naissante...

Toute apparition dans la sphère phénoménale (le monde de l’incarnation) est précédée d'une vie dans le monde de l'esprit, le monde nouménal...

Ce qui est en haut et comme ce qui est en bas et réciproquement...

"Mais je fus, malgré tout, encor plus effrayé à l'aspect d'un lion qui surgit tout à coup".

L'épique combat de l'aigle et du lion, du fixe contre le volatil, de l'esprit contre la matière... du mystique contre le scientifique, du religieux contre le guerrier... avant d'atteindre l'union dans la voie du milieu par analogie des contraires...

toi a dit…

C'était l'heure où le jour commence sa carrière,...

De toute évidence, dans le sens parlant, nous sommes à l'aube. Ce qui peut signifier aussi un commencement... Une nouvelle étape.

Pour le sens cachant, le "c'était l'heure", annonce le doigt de la providence qui agit lorsque le karma de l'être est suffisament épuré et où la conscience est suffisament dévellopée et en demande pour que le troisième oeil commence à s'ouvrir réellement. Ce sont comme les parents de l'écolier qui au matin viennent le réveiller en lui disant "Il est l'heure!".

"Où le jour commence sa carrière..." où l'homme commence à sortir des ténèbres et dont la carrière sera de dévelloper les vertus en lui, afin d'acquérir les connaissances qui l'emmeneront jusqu'a son Midi.

"et le soleil montait parmi les mêmes astres" Dans le sens parlant, c'est de la belle poésie dont chacun peut facilement se faire une image très "terre à terre".
Dans le sens cachant, on peut y voir la conscience qui, s'élargissant, rejoint les autres consciences qui ont parcouru le même chemin avant lui.

Hermès nous dit que nous sommes tous des soleils, qu'il suffit d'y croire, car l'homme ne devient que ce qu'il pense. Et c'est peut être pourquoi Dante se voit il de l'exterieur et parle de lui comme d'un soleil...
Bien qu'il ne s'agit pas là de "croire" naïvement à n'importe quoi, mais d'y mettre sa foi et sa raison, ce qui ne peut se faire sans quelques connaissances.

Ce qui n'est là bien sûr que mon point de vue... ;-)

humito a dit…

C'était l'heure où le jour commence sa carrière,
L'heure contrairement à ce que l'on peut penser n'indique pas le temps, mais une position, un état. Aussi comme il en est des lieux qui symbolisent un état de conscience, le début du jour indique que la conscience voit poindre en elle les premiers rayons lumineux du ciel. D'ailleurs tout ces rayons existent déjà depuis que le monde et monde, mais notre conscience n'était pas alors suffisamment aligné dans son propre positionnement pour pouvoir s'en nourrir.
“Entrer dans la carrière veut dire s'avancer dans les chemins de la vie.” Valles.

et le soleil montait parmi les mêmes astres
qui l'escortaient jadis, lorsque l'Amour divin
les mit en mouvement pour la première fois ;


La lumière de l'aube naissante que reçoit la conscience lui fait accéder au domaine éternelle des cieux, royaume de la création. L'esprit lumineux est escorté par ces astres, signes-à-venir, annonciateurs d'une nouvelle naissance, d'une nouvelle mutation pour celui qui s'apprete à attirer en lui les Vertus et à développer ses sens spirituels.

et je croyais trouver des raisons d'espérer,
sans trop craindre le fauve à la belle fourrure,


La lumière entrevue et sa promesse d'élévation tempère la crainte de ce qui le paralysait dans son cheminement par des prémices d'Espérance et de Foi.

dans l'heure matinale et la belle saison ;
La belle saison correspond au printemps, cette saison qui avance l'oeuvre.

mais je fus, malgré tout, encor plus effrayé
à l'aspect d'un lion qui surgit tout à coup.

Sa Foi et son Espérance renforcées par les premières lumières du jour, comme l'est la confiance en soi après une première victoire, révèlent leur faiblesse dans l'épreuve. La Force n'est peut-être pas encore suffisamment développée pour permettre le dépassement constant et néanmons prudent de ses propres craintes. La figure emblématique du lion, roi du règne animal, synthétise l'ensemble de notre animalité. Sa redoutable puissance d'assimilation des autres animaux accroit et développe continuelle ses forces lorsqu'il s'en nourrit. A l'insar des rois, il est le représentant de tout son royaume et de tout ses sujets.
------


eton: "pas facile de se reconnaître en tout"...
le Tout "fait l'Un"...et vice versa, puisqu'ils sont félins pour l'autre... ;-)

eton a dit…

là on monte d'un cran au sein même de l'instant en suspend , dans ce point d'arrêt "prêt à rebrousser chemin" , il décrit ce processus de levée des troupes spirituelles qui au signal d'une émotion regroupent leurs forces pour maintenir le fléau de la balance au plus proche d'un équillibre de la pensée immanente , qui en bonne gardienne des limites et des eaux troubles , offre ses gammes au discernement.

il est à même pouvoir solliciter entre deux perceptions du monde , ce qu'en puissance d'entente directe ne peut de corps et d'esprit que s'y accorder à son âme lui faire se rejoindre de petit cours et de grand cours de notre vie , ce qu'en reconnaissance universelle lui est dédié unifier.

Cette capacité l'exprimer obligeant appaiser d'une onde troublée et temporelle , ses vagues et ses pulsions il doit en franchir ses crêtes d'intensités vibratoires qui voilent une réalité pour une autre , et c'est donc au feu de celle d'une raison première dans son rayon d'action absolu , que dans l'intemporelle sagesse il tente puiser ce qu'en ressource propre peut s'y interprêter d'un savoir distinct mais semblable , en rejoindre l'adaptation vibratoire et sereine qui puisse répondre au mieux et en toute équité perceptive , à ce juste équillibre entre savoir et connaissance qui impliquant faire corps avec , nècessite cette haute collaboration entre corps et esprit , placer leurs extrèmes au sein d'un même fil d'entendement et en permettre le verbe.

ce fil d'entendement qui n'est qu'un , mais qui dans l'infini de ses cycles nous offre se regrouper dans cet instant en suspend et qui de point d'arrêt ressemble plutôt à une minuscule pelote qui fait se rejoindre ses propres extrèmes dans le fil d'un grand cercle , et dont le déroulement de l'un maintenant l'enroulement de l'autre , en permet ce renouvellement permanent qui de gain et de perte reste pourtant en équillibre absolu dans ce qui sera-fût d'une âme en éprouver de corps et d'esprit , l'entier , l'unique , le radieux immortel dans toutes ses arborescences vibratoires possibles.

c'est donc entre émotion troublante et savoir diffus mais subtil qu'un bras de fer s'établit dans ce choix où non rebrousser chemin , et à cette oscillation vibratoire qui dans son entre-deux nourrit son âme de vie d'un désir harmoniser les deux , se reconnaît en elle dans l'enjeu ne faire qu'un , les éléments clefs d'une reconnaissance spirituelle invitant l'alignement de trois cercles en un même anneau pouvoir s'y induire ce qu'alliance est en constante divine au sein même de sa création comme en signer d'elle la haute responsabilité de sa manifestation la plus éclairée possible à travers ce libre arbitre en action .

et c'est dans ce retour sur lui même , neutre de tout chemin , que s'en immergeant , il s'invite à l'appaisement par cette corrélation environnementale l'inspirant au plus proche de cette mise en lumière locale s'y évoquer l'universelle , s'invitant donc en lui-même y retrouver la source des forces subtiles pouvant l'amener à une relation pérenne relativisant de toute présence (même temporelle) sa qualité éternelle et donc sereine au regard même de la création.

mais dans cette leçon d'équilibre et d'intégration , qui se décrit ici imparfaite d'espérance en démontrer cette fragilité dans un référentiel en cours de construction et demandant à se fortifier , on peut remarquer que s'induit aussitôt un degré de réalité encore plus saisissant offrant en filigrane l'équivalence d'une réponse à cette demande , la petite pelote confrontée au perfectible vient donc de rencontrer une loi de progression dans l'épreuve de ses convictions pouvoir se faire verbe dans toutes ses déclinaisons.

oui Humito :
"félin pour l'autre par amour divin , qu'à son couronnement radieux ils s'en reconnaissent de lui , est probablement l'essentiel " ... :-)

domino a dit…

C'était l'heure où le jour commence sa carrière

de l'heure on passe au jour, laissant entrevoir des cycles (le procédé est repris plus loin dans "dans l'heure matinale et la belle saison") et donc l'ordre, du microcosme au macrocosme.

et le soleil montait parmi les mêmes astres
qui l'escortaient jadis, lorsque l'Amour divin
les mit en mouvement pour la première fois ;

la Foi et la Raison... Le personnage sortant de "l'horrible nuit" prend conscience de l'existence de lois qui régissent l'univers, ce qui fait naitre la foi: "et je croyais trouver des raisons d'espérer" (du concentré cette phrase !!! ;-) )

Prudence et Force...
sans trop craindre le fauve (Prudence)

mais je fus, malgré tout, encor plus effrayé
à l'aspect d'un lion qui surgit tout à coup.

la Force... qui peut également signifier l'animalité si elle n'est pas maitrisée (le XI du livre de thoth) et devient en cela effrayante.