mardi 27 mai 2008

La sagesse d'Hermès Trismégiste, 6.



Il monte de la terre au ciel, et derechef il descend en terre, et il reçoit la force des choses supérieures et inférieures. Tu auras par ce moyen la gloire de tout le monde ; et pour cela toute obscurité s’enfuira de toi.

Cette sublime sentence de la Table d'Émeraude mériterait d'être au moins aussi universellement connue que celle du principe de correspondance (ce qui est en haut est comme ce qui est en bas et inversement) qui se trouve en tête de cette pierre de Rosette de l'hermétisme, tant elle renferme sous une forme synthétique quasi absolue, les plus grands mystères de la très Haute Magie.

À l'image des symboles de Pythagore, l'extrême simplicité de son énoncé, lui confère une apparente banalité d'une chose parfaitement ordinaire et insignifiante. Pourtant, chaque terme de cette sentence est un trésor de profondeur, et de véritable Connaissance aux ramifications grandioses et surprenantes.

Relisez attentivement sa formulation elliptique, et, en prenant le temps d'en méditer le contenu, essayez d'en extraire par vous-même la substantifique moelle comme aurait dit ce bon Dr. Rabelais... Après, et après seulement, en gardant en mémoire ce que cela aura évoqué en vous même, poursuivez la lecture de cet article.

Il monte de la terre au ciel... Qu'est-ce qui monte ainsi de la terre au ciel ?... Ce n'est pas la terre, élément qu'il convient d'entendre dans la multiplicité des formes variant selon le plan de manifestation, pour n'être en principe que la plus forte densification des énergies subtiles ; ce n'est pas le ciel qui représente ici la destination de ce qui a la faculté de monter ; ciel, qui lui non plus ne doit pas être entendu comme l'élément tangible, mais bien davantage comme l'état le plus élevé d'une évolution. Ce qui a la faculté de changer d'état, en passant du plus lourd au plus léger, du plus épais au plus subtil, est bel et bien l'âme-de-vie, cette Conscience qui se trouve entre la Providence (le ciel) et le Destin (la terre). D'ores et déjà, il nous est habillement révélé l'utilisation primordiale qu'il convient de faire de la clé de voûte de la Science Hermétique et qui est l'analogie des contraires. Le ciel et la terre, sont irrémédiablement des polarités opposées, comme le sont la Providence et le Destin. Ce qui a la faculté de recevoir de l'un comme de l'autre, sans être pour autant dans un antagonisme paradoxal ni être définitivement ou l'un ou l'autre, est ce médiateur plastique et perfectible qu'est la Conscience. Remarquons, qu'à l'inverse de la sentence précédente qui commence par: Tu sépareras la Terre du Feu, ce qui manifestement s'adresse directement aux lecteurs, celle qui est en exergue de notre extrait nous dit simplement : il monte... Là encore, nous pouvons constater l'harmonie qu'il y a entre cet Enseignement et celui des Tables de la Loi du Sépher de Moïse. En effet, dans ce dernier recueil, il est clairement expliqué que la Conscience n'est pas uniquement une spécificité humaine comme le précise le verset suivant :

- 26°) Et-il-dit, Lui-les-Dieux (déclarant sa volonté), nous-ferons Adam en-ombre-nôtre, conformément-à-l’action-assimilante-à-nous : et-ils-tiendront-le-sceptre ; (ils régneront, eux Adam, l’homme universel) , dans-les-poissons des-mers, et-dans-les-oiseaux des-cieux, et-dans-le-genre-quadrupède, et-dans-toute-mouvante-vie se-mouvant-sur-la-terre.

Adam, l'ombre-nôtre de Lui-les-Dieux, est bien la Conscience universelle qui reçoit le sceptre de souveraineté qui sied à ce qui est l'ombre de l'Être Suprême, (le meilleur des Brâhmanas que nous avons croisés dans le précédent sujet de la Bhagavad Gita), mais ce sceptre n'est pas donné pour régner sur les poissons, les oiseaux, le genre quadrupède et toute-vie se-mouvant-sur-la-terre, mais bien DANS ces vies. La Conscience a donc pour fonction première et essentielle d'être l'esprit animateur de toutes formes vivantes. Lorsqu'elle se trouve à régner dans une forme inférieure à celle de l'être humain, cette Conscience ne diffère de celle de l'être humain que par son état d'évolution, et rien d'autre, car ces deux formes de Conscience sont d'essence rigoureusement identique, je devrais dire rigoureusement adamique. Tout comme la Conscience de l'être humain ne diffère de celle des dieux ou des puissances qui lui sont supérieurs, que par un simple état d'évolution, rien de plus. Ce principe que j'ai largement commenté dans la Véritable Histoire d'Adam et Eve enfin dévoilée, permet de comprendre que lorsque cette sentence de la Table d'Émeraude commence par : il monte, cela s'adresse à toutes les formes de Conscience qui se manifestent dans toute-mouvante-vie se-mouvant-sur-la-terre.

Lorsque je parlais plus avant, des mystères de la très Haute Magie, que contient cette sentence, bien que je ne devrais pas le faire pour faciliter le travail à ceux qui se sont montrés peu attentifs, négligents, superficiels et donc sans mérite, j'indiquerai sommairement que si vous réunissez certains principes qui ont fait l'objet des études précédentes de l'académie d'Hermès Trismégiste, vous comprendrez le pouvoir et les facultés que possède cette Conscience, d'une part, par la consécration du sceptre reçu, et d'autre part, par sa faculté d'être protéiforme grâce à cette mystérieuse faculté d'identification qui s'active soit par la puissance des désirs et sa terrible attraction dans la sphère du Destin, (Nahash l'attracteur cupide de la Genèse), soit par la puissance de la faculté volitive qui seule permet la remontée au ciel de la Divine Providence. Pour être capable de passer de l'une (la terre) à l'autre (le ciel), la Table d'Émeraude ne nous dit pas, comme d'ailleurs tous les grands Enseignements ésotériques, que nous devons attendre de qui que ce soit d'autre que nous, pour que la chose se fasse. Il découle de cette arborescence subtile et luxuriante, que si cela ne dépend que de nous, c'est que cela ne nous est pas imposé, et qu'il conviendra d'activer notre libre arbitre, grâce à notre faculté volitive, pour parvenir volontairement à passer d'un état à un autre. Ceci nous renvoie à tous les précédents articles de l'académie d'Hermès Trismégiste concernant les exercices, les pratiques, les connaissances qu'il convient de cultiver, pour parvenir à ce résultat de Haute Magie qui donne à une Conscience, (et non en état d'inconscience) la possibilité de passer de l'épais au subtil, de la terre au ciel. Comment y parvenir en dehors du seul chemin qu'il convient d'emprunter et qui n'est ni la raison de l'intellect raisonneur, ni la Foi aveugle du dogmatique sectaire et délirant ?... La réponse a été donnée dans les articles concernant la méditation, la Raison et la Foi ; cette méditation, cet état particulier qui n'est ni le conscient de l'appareil sensoriel, ni l'inconscient du rêve délirant ou l'état de demi veille des somnambules des profanes incultes. Comment y parvenir si l'on n’a pas la faculté de maîtriser les différentes tonalités vibratoires qui séparent le fixe du volatil, les ténèbres de la lumière, l'ignorance de la connaissance ?... Là encore, là réponse et le début d'une pratique conforme aux nécessités de résultats, se trouvent dans les articles précédents, notamment sur l'énergie qu'est la pensée, sur la forme-pensée, sur l'épuration (rédemption) de cette pensée pour lui permettre d'en élever considérablement le niveau vibratoire ; ceci passe obligatoirement par la pratique des vertus, et par un discernement des vices ; par un accroissement considérable des bases de Connaissances, et je rappelle tant il est nécessaire de le faire, qu'il convient de distinguer du savoir, la Connaissance, qui, à l'inverse du savoir, a subi le redoutable passage de la mise à l'épreuve. Comment parvenir à cette mobilité spirituelle autonome, sans avoir activé sa faculté volitive, ce sceptre de pouvoir autour duquel s'enroulent les forces que symbolisent les serpents du Caducée d'Hermès?... De nombreux articles ont abordé la nature de ce sceptre et des forces qu'il convient de domestiquer pour espérer accéder à cette autonomie et mobilité spirituelle. Je ne donne que ces quelques indications, pour ceux qui douteraient encore que l'académie d'Hermès Trismégiste traite bien des règles mystérieuses qui fondent la Haute Magie, et de rien d'autre, mais si une partie des voiles sont ici levés, il en reste suffisamment pour ne pas permettre aux cupides, pervers et autres ignorants d'utiliser ces pouvoirs, réellement considérables comme je serais amené à les révéler analogiquement, et qui seraient d'ailleurs pour eux, une voie de perdition certaine... Comme le disait fort justement Eliphas Lévi : Le sorcier se donne au Diable, et le Diable se donne au Mage.

... et derechef il descend en terre... Cette formulation comprend deux sens qui résultent de deux amplitudes différentes. La montée au "ciel" et la descente en "terre" se font dans le cadre des cycles des réincarnations pour les Consciences qui ne sont pas encore parvenues à un état d'éveil leur conférant une autonomie et une mobilité spirituelle. J'ai eu l'occasion de signaler que ces montées et ces descentes, à l'intérieur de ces cycles, se faisaient selon la tonalité qui correspondait à celle du patrimoine karmique de chaque Conscience. Chaque réincarnation étant alors déterminée par la capacité d'une Conscience à produire une forme-pensée en fonction du niveau vibratoire de son patrimoine karmique constitué lors des incarnations précédentes. Plus ce patrimoine sera constitué de pensées lourdes et épaisses, moins la forme d'incarnation sera subtile et spirituelle, et inversement. Le deuxième sens est celui qui justement permet à une Conscience, pendant une incarnation subtile et spirituelle, de parvenir à cette autonomie l'autorisant, selon sa volonté, à passer d'un état terrestre à un état céleste indépendamment des gardiens des cycles qui eux relèvent de la sphère du Destin, et imposent les lois de causalité. Nous noterons que la fonction qui nous est proposée d'activer par les Tables d'Émeraude, vient après celle qui nous intimait de devoir séparer le subtil de l'épais doucement, mais avec grande industrie (voir dans le précédent article sur ce sujet la signification occulte de ces termes). L'ordre des choses n'est pas ici le fruit du hasard, mais bien celui d'une très haute Connaissance intemporelle. Ceci pour dire que ceux qui s'imagineraient qu'il suffit de lire les sentences de la Table d'Émeraude pour parvenir derechef à la pratique de la Haute Magie, prendraient inévitablement leurs désirs grossiers pour des réalités, mais plus encore des vessies d'acquisition de pouvoirs surnaturels, pour des lanternes de superstitions imbéciles.

Petit aparté concernant ce que la Table d’Émeraude qualifie de «ciel» et «terre». Les termes utilisés sont des formes-pensées qui se manifestent dans l’esprit du profane par des images en rapport avec la plus basse densité vibratoire. C’est aussi l’analogie grossière offrant une lecture, plus ou moins intelligible, au plus grand nombre sans rendre totalement abscon et terriblement hermétique un Enseignement de très haute portée spirituelle et mystique véhiculant une puissante vibration fécondante salvatrice.

En vérité, pour découvrir le réel aspect occulte de la formulation proposée, il conviendrait de remplacer le mot de «ciel» par celui autrement plus juste d’Éternel Moment Présent, et celui de «terre» par la Sphère Temporelle. Ce qui nous donnerait la formulation suivante : Il monte de la sphère temporelle à l’Éternel Moment Présent, et derechef il descend en la sphère temporelle... Formulation qui devient relativement bâtarde eu égard au fait que les termes «monte» et «descend» deviennent parfaitement inappropriés, car il suppose l’Éternel Moment Présent et la sphère temporelle comme des lieux géographiques ou spatiaux alors qu’ils ne sont que des changements d’état de la Conscience. La formulation véritablement occulte devrait donc s’établir ainsi : Il élève le niveau vibratoire de sa Conscience en l’Éternel Moment Présent, et derechef il l’abaisse pour la descendre en celle de la sphère temporelle...

Ainsi, cette formulation révèle qu’elle ne s’adresse qu’aux plus grands Initiés, ceux parvenant à la parfaite maîtrise de leurs modalités vibratoires spirituelles qui leur permet, lors de la pratique de la méditation, de passer d’un état de temporalité (celui où toutes les choses deviennent successives) à celui de l’intemporalité de l’Éternel Moment Présent (celui où toutes les choses sont en simultanées). De cette petite, mais très importante révélation qui méritera de votre part une profonde réflexion et surtout méditation pour en explorer les profondeurs causales, il apparait évident que l’état de temporalité qui fonctionne selon nos habituelles pratiques de cause à effet, de logique, de réflexion intellectuelle selon les facteurs temps, que cette pratique ne peut pas s’appliquer dans un état ou justement le temps n’a plus les mêmes caractéristiques ni mode d’écoulement et qu'il n'est pas perceptible par l'appareil sensoriel organique. Dans la sphère temporelle le passé est ce qui a été, le présent est ce qui est, et le futur ce qui sera. Dans l’Éternel Moment Présent, où le passé et le futur n’existent pas puisque tout est éternellement présent, la notion de temps sera ce qui a été éprouvé par la Conscience (patrimoine karmique) et qui constituera un passé éternellement présent, et le futur ce qui reste à éprouver dans l’Éternel Moment Présent pour enrichir ce patrimoine (élargir la Conscience). Ici réside une puissante raminfication de la Haute magie. Fin de l’aparté.

Je déplore, compte tenu du format qu'un blog impose, pour rester digeste, de devoir rester sommaire sur des aspects, comme ceux qui précèdent, et qui mériteraient de considérables développements. J'espère simplement que les lecteurs attentifs et surtout assidus, auront ramassé suffisamment d'éléments, tout au long des articles publiés, pour être en mesure d'activer lors de leurs réflexions/méditations la tonalité vibratoire qui activera leur faculté intuitive ouvrant leur intellect sur ce que dit aussi ce qui n'est pas écrit... Mais pour l'extrait qui suit, non seulement les développements sont considérables, mais pour commencer à les aborder sérieusement il faudrait y consacrer plusieurs volumes de livres.

...et il reçoit la force des choses supérieures et inférieures. Notre Conscience vient d'accéder à son autonomie spirituelle digne de cette ombre-nôtre dignifié (consacré) par le sceptre de pouvoirs suprêmes ; elle peut à sa convenance monter de la terre au ciel et derechef y redescendre, et dans la suite de cette sentence il nous est indiqué qu'elle peut en plus, après avoir bien évidemment accédé à sa mobilité, (chaque chose à un ordre précis), recevoir des choses supérieures et inférieures... Pour bien faire comprendre l'amplitude de l'horizon qu'ouvre cette formulation puissante, je poserai la question suivante : Que peut espérer trouver, quelqu'un qui cherche quelque chose à un endroit où elle ne se trouve pas ? La réponse est : pas grand-chose... Mais que peut espérer trouver celui qui ne cherche même pas, quel que soit l'endroit où il se trouve ?... La réponse est encore plus nette : Rien ! Ceci pour dire que pour recevoir la force des choses supérieures, encore faut-il savoir comment ces choses se présentent, et où elles se trouvent ; et comme ce ne sont plus des choses inertes et inférieures, mais des choses SUPERIEURES, il est manifeste que non seulement il faudra savoir comment elles se présentent, où elles se trouvent, mais aussi comment faire en sorte qu'elles accordent le don de cette force supérieure, que l'ignorant aurait grand tort de croire qu'il peut l'obtenir sans mérite, par simple effet mécanique, ou invocations stupides et sans âme...

La force des choses supérieures, selon les acquis de nos précédentes Connaissances, est ce qui relève de la Divine Providence, c'est-à-dire tout ce qui n'est pas de l'ordre de la causalité, mais de celui de l'adhésion volontaire clairement manifestée. La force des choses inférieures, sera celle de la sphère du Destin et de la puissance des élémentals soumis aux lois de cause à effet que cette Conscience sera parvenue, dans un premier temps à dominer lors de sa descente, et dans un deuxième temps à domestiquer à son service. Nous entrons là de plein pied dans des pratiques de Haute Magie, comme elles sont très sommairement évoquées dans les Clavicules de Salomon qui se trouvent dans le Temple d'Hermès Trismégsite, sous une forme suffisamment hermétique pour être très difficilement exploitable par un non-initié, ou par un initié de faible niveau. Avant que de pouvoir espérer établir le commerce subtil entre toutes ces forces, il faudra d'abord s'en rendre digne, et surtout apprendre à s'harmoniser avec celles-ci en sachant s'aligner volontairement sur leur niveau vibratoire (très important niveau de Connaissance), car il n'est pas dans l'ordre souverain des choses, que ce soient elles qui régressent à un niveau vibratoire où elles perdraient inévitablement leurs pouvoirs, leurs puissances et leur dignité. Ce ne sont jamais les dieux qui deviennent des hommes, ce sont toujours les hommes qui doivent devenir des dieux ! Et cela leur est possible qu'à la condition qu'ils sachent recevoir la force des choses inférieures, et surtout celle des choses supérieures ; d'où la nécessité d'être capable d'établir des conditions de communication avec ce qui est en haut, comme avec ce qui est en bas, ainsi que d'avoir la mobilité requise pendant la durée de son incarnation pour passer de l'un à l'autre état.

Je vous laisse imaginer l'importance du travail qu'il convient d'abord de faire sur soi, pour être capable de se hisser au bon niveau de mobilité spirituelle ; l'importance du travail d'apprentissage pour identifier la multitude des choses supérieures et inférieures, avec lesquelles nous aurons le pouvoir d'échanger et de recevoir ; l'importance de l'effort et l'endurance qu'implique une mise en pratique de processus infiniment subtils et complexes des mécanismes spirituels supérieurs ; l'obstination dont doit faire preuve cette Conscience pour aligner ses tonalités vibratoires, avec celles des forces qu'elles souhaitent recevoir. Le prix est élevé, mais il n'est rien en rapport du résultat...

Lors des précédents articles de l'académie d'Hermès Trismégiste, nous avons commencé à fouler le long sentier de probation, ce pèlerinage vers la Jérusalem céleste. Mais croire qu'il est possible d'arpenter le chemin des étoiles un peu, de temps à autre, selon les rares moments que nous laissent les servitudes du quotidien, et à la condition que nous ne soyons pas accaparés par des loisirs crétins et/ou stériles, cela revient; toute chose étant égale par ailleurs, à vouloir escalader l'Everest en plein hiver, en tongs, short, marcel et chapeau de paille. Si nous sommes capables de dépenser un temps considérable, et une énergie vitale souvent disproportionnée pour assurer notre survie éphémère et parvenir à maîtriser nos facultés sensorielles dans la sphère du Destin, croire que nous pouvons traiter avec désinvolture, frivolité et à des moments perdus l'accession à nos facultés supérieures, et à notre propre divinité, c'est méconnaître la véritable valeur essentielle des choses, et manifester un manque de discernement doublé d'une incommensurable ignorance et irresponsabilité.


Je reprends encore une nouvelle fois cet axiome de Grillot de Givry qui dit si justement : La noblesse de l'oeuvre requiert la noblesse de l'oeuvrant. En clair, n'espérez pas recevoir des choses inférieures, et à fortiori supérieures, la moindre force tant que vous ne serez pas en conformation intellectuelle et spirituelle pour les recevoir. L'accession à la Haute Magie n'est réservée qu'aux plus élevés de ses prétendants, mais à ceux-là, la Table d'Émeraude leur indique ce qu'ils peuvent espérer recevoir :

Tu auras par ce moyen la gloire de tout le monde ; et pour cela toute obscurité s’enfuira de toi.

Il n'est pas encore venu le temps d'en dire plus sur ce que contient cette formulation, mais je peux vous assurer qu'elle d'une parfaite justesse.

Je m'interroge sur la pertinence qu'il y a à poursuivre la publication des articles dans l'académie d'Hermès Trismégiste ?...

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Si vous croyez avoir compris cet article sans avoir lu les précédents, alors c'est que je me suis mal exprimé...
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

7 commentaires:

gery a dit…

"Je m'interroge sur la pertinence qu'il y a à poursuivre la publication des articles dans l'académie d'Hermès Trismégiste ?..."
Lug pardonnez-moi si ma formulation est très maladroite, mais :
Peut-être parce qu'il est du "devoir" d'une âme de vie éclairée de partager avec celles ne l'étant que très faiblement voir pas du tout, mais qui souhaitent pourtant progresser... et qu'un fil conducteur tel que celui que vous tissez est essentiel...
Personnellement j'ai entamé le chemin depuis peu et pourtant, je ressens une modification (certainement très légère...) dans ma manière de penser et d'aborder ce monde.
Peut-être songez-vous que vous avez suffisamment oeuvré et semé de clefs, et que d'autres tâches plus essentielles vous attendent...
Merci infiniment pour tout ce que vous avez déjà partagé, quelque soit votre décision.

OseKa a dit…

Lug,

recevez tout mon soutien pour votre action au sein de l'académie d'Hermès... et je dois avouer suivre avec beaucoup d'attention et de constance vos différents articles...

Maintenant la décision vous appartient... arrêter ou continuer.

Comme vous le savez il importe aussi de savoir se taire...

Il appartient d'apprécier le bien fondé d'une exposition aussi transparente, aussi responsable sur le plan universel, mais aussi tellement risquée dans notre plan d'incarnation...

Néanmoins Mille fois MERCI LUG.

Longue et heureuse route.
Fraternellement

TOI a dit…

Cher Lug,

Il est fort probable qu'à la sortie de l'ère du Poisson, tu ne trouves que peu d'echo à ton immense travail.

Cela dit, je ne suis certainement pas le seul à profiter autant que possible de cet admirable travail. Et, comme l'élève studieux, je reste pour l'instant silencieux tout en sachant que l'aide précieuse que tu nous offre nous permettra de prendre dignement la relève, toujours autant que possible.

Avec ma reconnaissance, bien à toi.

TOI a dit…

Histoire de te montrer que je suis attentif à tes sujets... ;-)

Il n'y a pas de lieux où se trouveraient un paradis et un enfer. Le tout n'est qu'un état d'esprit. C'est aussi pourquoi l'homme ne devient que ce qu'il pense... Que j'me dis...

amélia a dit…

Ce ne sont jamais les dieux qui deviennent des hommes, ce sont toujours les hommes qui doivent devenir des dieux ! Et cela leur est possible qu'à la condition qu'ils sachent recevoir la force des choses inférieures, et surtout celle des choses supérieures ; d'où la nécessité d'être capable d'établir des conditions de communication avec ce qui est en haut, comme avec ce qui est en bas, ainsi que d'avoir la mobilité requise pendant la durée de son incarnation pour passer de l'un à l'autre état.

ce qui implique aussi la (les) motivation(s)/motif(s)/raison()s initiale(s) à vouloir accéder à "haute Magie" ...d'ailleurs si cette "motivation" initiale n'est pas en adéquation avec necessité ...rien ne se passe ...
il "me semble" aussi que le travail sur soi consiste également à vouloir connaitre "sa raison d'être", connaitre notre mission, ce pourquoi nous sommes, ce pourquoi nous nous sommes manifesté en cette sphère temporelle ...et de s'y appliquer dans l'instant (à cette raison d'être) ...

Je m'interroge sur la pertinence qu'il y a à poursuivre la publication des articles dans l'académie d'Hermès Trismégiste ?...

est-ce manque de participations des lecteurs qui motive cette réflexion ? ...

OseKa a dit…

Lug Merci de rester...
Ta présence nous est chère...

Cristale a dit…

Interrogation compréhensible à la lecture des retours d'expérience transmis. :-(

Comme l'impression, sauf vos respects chers lecteurs attentifs, de "pisser dans un violon" !

Bien peu osent affirmer leur différence, source de richesses..

Pourtant, m'est avis que ce ne doit pas être l'envie qui manque ! ;-)