lundi 9 juin 2008

L'alchimie d'Hermès



Ils disent que dans leur Art, on ne parle pas vulgairement : d'où s'ensuit qu'il n'y a rien de si fâcheux et dégoûtant que la lecture de leurs Livres, parce qu'on n'y peut rien comprendre sans avoir les clefs propres pour ouvrir les portes de leurs cabinets, qui sont au nombre de trois principales, outre quelques autres de moindre importance. Ces principales sont, la vraie matière, sa préparation, et le régime, lesquelles clefs, tous ces Chercheurs n'ont jamais trouvées chez les bons Artistes, et ne les trouveront point, sans les deux moyens ci-dessus.

Ils ont donc enseigné plusieurs régimes, quoiqu'il n'y en ait qu'un ; ils disent prenez ceci, prenez cela, et il ne faut rien prendre ni ajouter ; car la nature contient en soi tout ce qui est nécessaire, et il ne faut point non plus ouvrir le vaisseau qui a été une fois scellé et fermé, jusqu'à ce que l'Artiste ait conduit son ouvrage à sa dernière perfection.

Ils confondent aussi souvent la matière avec leur mercure, parlant de sublimation, ils la nomment diversement. Ils feignent diverses opérations, séparation et divers poids qu'ils appellent tantôt d'une manière, tantôt d'une autre. Ils écrivent beaucoup de choses qu'ils ne font pas, par exemple lorsqu'ils parlent de la dissolution, distillation, descention, ablution et calcination de la Pierre, ils font un Chapitre à part de chacune, encore que ce ne soit qu'une seule et même opération, qu'ils ne font pas ; mais bien la Nature seule, avec l'aide de l'Art.

Dans cet extrait, le Filet d'Ariadne nous révèle certaines clés essentielles au décryptage des traités d'alchimie. Ces clés ne sont pas pour autant des sésames qui ouvriront les portes de la Connaissance, sans que le moindre effort soit fourni. J'ai déjà expliqué, lors de précédents articles dans l'académie d'Hermès Trismégiste, que la montée au "ciel" et la descente en "terre" pour qu'elles soient accessibles à la volonté de la Conscience, cette dernière doit parvenir à en maîtriser les changements d'état et les transmutations que cela implique. À ce sujet je ne peux que renvoyer à la lecture attentive du texte introductif qui se trouve dans la salle de l'Alchimie dans le Temple d'Hermès Trismégiste .

Ils disent que dans leur Art, on ne parle pas vulgairement... Les lecteurs habituels des articles de l'académie d'Hemès Trismégiste seront familiarisés avec cette notion de "Vulgaire" , qui nous renvoie à l'épais, opposé à cet Art savant similaire au subtil de la Table d'Émeraude. Nous devons aussi discerner par cette indication ce qui est visible de l'invisible, l'esprit de la matière, la forme naturée de la forme naturante, le temporel de l'intemporel...

...d'où s'ensuit qu'il n'y a rien de si fâcheux et dégoûtant que la lecture de leurs Livres, parce qu'on n'y peut rien comprendre sans avoir les clefs propres pour ouvrir les portes de leurs cabinets... Combien je comprends l'esprit de cette formulation. Ceux qui se sont livrés à la lecture des textes alchimiques, avec pour seul viatique les acquis de leur intellect raisonneur, reposant sur un savoir uniquement basé sur les lois de causalité d'une science matérialiste, et d'une perception linéaire du temps, se sont heurtés à une immense incompréhension à l'image de ces explorateurs découvrant une terra incognita au sein de laquelle, toutes les références et valeurs qui structurent leur entendement, n'avaient plus cours légal... Probablement que la confrontation de la science physique traditionnelle à celle de la physique quantique, a dû produire sur beaucoup d'esprit le même phénomène déstabilisant. Pour illustrer ce propos, je prendrais pour exemple ce merveilleux conte ésotérique qu'est Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll. Cette chère Alice venant d'un monde semblable au nôtre, se trouve totalement égarée lorsqu'elle pénètre dans un monde qui de prime abord lui semble totalement absurde, avant d'en découvrir sa cohérence qui se révèle si proche de l'univers quantique, au point que la physique utilise l'analogie du Chat du Cheshire de ce conte pour expliquer certains états de la matière qui est et n'est pas en même temps... Pour comprendre ce monde si différent et d'apparence absurde, Alice a besoin d'un guide qui sera le lapin blanc. Pour comprendre les textes de l'Art des alchimistes, il faut aussi des clés pour ouvrir les portes de leurs cabinets.

... qui sont au nombre de trois principales, outre quelques autres de moindre importance. J'aurais tendance à considérer ces trois clés principales, comme ayant une certaine ressemblance avec le Ternaire Divin que j'ai eu à traiter lors des tout premiers articles et qui sont, je rappelle ici pour mémoire les trois puissances que nous définit Fabre d'Olivet comme : La Providence, la Conscience et le Destin. La hiérarchie qui s'établit naturellement dans la création, ayant pour effet de classer en moindre importance, de subordonner je devrais plutôt dire, les autres clés (puissances) qui dépendent de ces trois principales..

Ces principales sont, la vraie matière, sa préparation, et le régime, lesquelles clefs, tous ces Chercheurs n'ont jamais trouvées chez les bons Artistes, et ne les trouveront point, sans les deux moyens ci-dessus.... Pas question dans cet article de donner la moindre idée précise de ce qu'est cette vraie matière, sa préparation et le régime auquel il est fait référence, comme le disent si justement les véritables alchimistes, si cet Art commence comme un jeu d'enfant, il devient très vite semblable aux travaux d'Hercule. Je signale juste dans ce passage une précision que vous devez retenir et qui est : et ne les trouveront point, sans les deux moyens ci-dessus. Comme ce qui est ci-dessus a déjà été traité, il vous suffit de vous remémorer ces moyens, ce qui vous donnera une tonalité en résonance avec de précédents articles, sur des sujets d'apparence différents, mais pourtant si proches et en rapport direct avec cet Art de transmutation qu'est l'alchimie.

Ils ont donc enseigné plusieurs régimes, quoiqu'il n'y en ait qu'un... Il convient d'entendre le terme régime dans le sens de l'ensemble de règles et de dispositions opératives. Bien que la formulation soit un peu obscure, elle nous enseigne pourtant que s'il y a une multitude d'effets, la cause est toujours unique ou pour être plus précis, qu'il convient toujours de remonter aux Principes.

... ils disent prenez ceci, prenez cela, et il ne faut rien prendre ni ajouter... Ici réside, me semble-t-il, une indication particulièrement précieuse, qui rejoint un peu le principe du Chat du Cheshire, car il faut effectivement prendre sans prendre, et ajouter sans ajouter, mais voyons ce que nous dit la suite :

... car la nature contient en soi tout ce qui est nécessaire... Bon, je vais vous donner une indication qui sera de nature à vous ouvrir la porte de cet arcane, et cette indication c'est le dernier article traitant le sujet de Jacob Boehme et de l'Éternel Moment Présent.

...et il ne faut point non plus ouvrir le vaisseau qui a été une fois scellé et fermé, jusqu'à ce que l'Artiste ait conduit son ouvrage à sa dernière perfection... Ceci nous renvoie aux méditations sur le Grand Oeuvre de Grillot de Givry, et ne peut véritablement se comprendre que dans son sens le plus hermétique, celui qui n'a rien à voir avec le langage vulgaire.

Ils confondent aussi souvent la matière avec leur mercure... Ce qui revient à confondre la substance avec l'essence qui lui donne corps, mais qui subsistera lorsque la substance aura disparu...

...parlant de sublimation, ils la nomment diversement... Comment pourrait-il en être autrement, dans le monde de la sphère temporelle il y a aussi différents noms concernant les états visibles de sublimation qui vont du solide au gazeux, du gazeux au plasma ; ou du solide à l'état quantique, et du gazeux au liquide ou l'état de condensat de Bose-Einstein... Chaque phase de sublimation d'un élément porte un nom qui le différencie des autres et correspond à une spécificité propre, mais concerne toujours ce même élément.

Ils feignent diverses opérations, séparation et divers poids qu'ils appellent tantôt d'une manière, tantôt d'une autre.... Nous avons là, la description des particularités du langage analogique et de son application à la Science Hermétique. Ce qui est en bas est comme ce qui est haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas en similitude, mais pas en identité : pour l'accomplissement des merveilles de la chose unique. Alors, comment imaginer que les opérations qui doivent se faire en haut (le "ciel" , l'Éternel Moment Présent) puissent se faire en bas autrement qu'en rapprochant certaines similitudes sans pour autant avoir une complémentarité parfaite puisque l'une est immortelle et l'auntre mortelle. Feindre de faire diverses opérations est ici du même ordre que la pratique de certains rituels relevant plus de la symbolique que de la réalité. Pour un pénitent refaire le rituel du chemin de croix, c'est feindre la passion du Christ, et seulement feindre, ce qui n'enlève rien à la puissance de transmutation spirituelle qui s'effectue lorsque le cérémonial se fait en parfaite résonance vibratoire avec la Foi la plus fervente.

Ils écrivent beaucoup de choses qu'ils ne font pas, par exemple lorsqu'ils parlent de la dissolution, distillation, descention, ablution et calcination de la Pierre... Ce passage est de même nature que le précédent dans son sens Cachant, il ne fait que souligner l'importance du phénomène auquel le lecteur sera confronté tant qu'il ne parviendra pas à la maîtrise de ce langage analogique, des tropes hiéroglyphiques et des symboles qui donnent au sens Cachant une interprétation souvent diamétralement opposée au sens Parlant. Les traités d'Alchimie sont tous rédigés dans le langage Hermétique dont le sens Cachant est le seul qui en révèle la substantifique moelle et les richesses voilées.

... ils font un Chapitre à part de chacune, encore que ce ne soit qu'une seule et même opération, qu'ils ne font pas ; mais bien la Nature seule, avec l'aide de l'Art... Ici la clé se révèle aussi précieuse que délicate à manier. Le passage de l'homogène à l'hétérogène est une déclinaison du Nombre sacré UN, en des Nombres multiples, mais s'il peut y avoir un nombre infini d'effets, ils ont souvent pour origine une cause unique. La compréhension de ce phénomène relève de ce que la Science Hermétique nomme l'analogie des contraires. La polarisation par exemple sexuelle, donnera un aspect féminin et un aspect masculin, distinction très importante en alchimie, mais ce ne sera qu'une distorsion d'un état androgyne originel auquel il conviendra de remonter pour avoir une vision spirituellement juste des choses et intemporelle. Dans cette terra incognita si mouvante et aux repères si fluctuants, il nous est généreusement donné comme Fil d'Ariane de ne pas suivre pas à pas le sens Parlant des textes alchimiques, mais celui du sens Cachant avec pour guide la Nature, ce qui rejoint ce que j'ai par ailleurs signalé sur la nécessité de mettre en pratique simultanément la Foi et la Raison, le virtuel et le réel, l'Imagination intuitive et la mise à l'épreuve dans une pratique rigoureuse, condition de transmutation alchimique du savoir en Connaissance.

Ne nombreux rationalistes corsetés dans une pensée scientifiquement raisonneuse et si frivolement moderne, considèrent, du haut de leur ignorance accablante, l’Alchimie comme une vieillerie surannée et archaïque. Ce point de vue n’est possible que par une profonde méconnaissance de cet Art majeur qui repose essentiellement sur les bases des Principes intemporels qui sont à l’origine de la Création, et surtout qui en assurent la pérennité. Croire qu’une chose, un principe, une loi puissent devenir inopérants sous prétexte d’une très grande ancienneté, relève pour le moins d’une vision étriquée de la Divine Création... H2O est la formule scientifique de l’eau, elle l’était semblablement il y a 100 millions d’années, ce qui ne la condamne pas pour autant à l’obsolescence, pour la raison qu’elle possède cette vertu qui est propre aux Principes de l’Éternel Moment Présent et qui est : l’Intemporalité !

L’Alchimie, la science appliquée de l’Hermétisme, a et aura toujours ceci de supérieur à la science matérialiste, c’est qu’elle part des manifestations éphémères et hétérogènes de la Nature, pour remonter aux Principes homogènes et intemporels des lois de la Divine Providence. Ce qui est logique à comprendre dans un environnement uniforme et tridimensionnel, l’est beaucoup moins dans un environnement protéiforme et multidimensionnel. Phénomène que rencontre la physique traditionnelle lorsqu’elle est confrontée à la physique quantique...

L’Alchimie, comme les Tables de la Loi du Sépher de Moïse, n’a pas besoin de se parer de l’apparence illusoire de la modernité, puisque ce sont ses Principes qui font et défont la «modernité» hier, aujourd’hui et comme elle le fera demain au sein de l’Éternel Moment Présent.


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Si vous croyez avoir compris cet article sans avoir lu les précédents, alors c'est que je me suis mal exprimé...
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

1 commentaire:

humito a dit…

Merci pour ce précieux commentaire.

NB: eau=h2o plus Feu...(cf les demeures philosophales de Fulcanelli, et repris dans un ouvrage que tu dois connaître aussi bien que si tu l'avais fait ;-) )