samedi 7 mars 2015

365ème Pensée du Jour.

Lorsque la Conscience sera parvenue à reconnaître l’objectif véritable de son incarnation, en vertu des nécessités de continuité multidimensionnelle et intemporelle, elle devra chercher à reconnaître les groupes de vies avec lesquelles elle était en rapport avant cette incarnation, et avec lesquelles elle doit impérativement poursuivre son travail de collaboration.

Croire que chaque incarnation a un objectif qui ne serait pas relié aux précédentes incarnations, en vue de l’édification d’une oeuvre collective, est aussi insignifiant que de croire que l’ensemble de la Divine Création est la conséquence du hasard et des coïncidences fortuites.

Lorsque le Penseur exerce son libre arbitre dans l’accomplissement de l’objectif ultime qu’il a su découvrir, et qui est propre à sa forme de manifestation, il réussira à accomplir intégralement son dessein s’il sait discerner aussi les capacités de son mental, à mesure que ses facultés supérieures apparaissent dans la réalisation de ses aspirations présentes. Car le développement de ces facultés a obligatoirement ses racines dans un long passé.

Son travail pourra alors s’effectuer dans le respect des règles de l’Art propre au Grand-Oeuvre, s’il sait rejoindre la fréquence vibratoire du groupe de vies (les compagnons des différentes corporations) avec lesquelles son ouvrage de pro-création doit se faire, car il ne peut travailler seul, c'est là une règle universelle inviolable.

Rien dans la Divine Création ne se construit sans qu’interviennent de nombreuses sources de collaborations.

fin de l'exercice d'un an de pensées du jour.

3 commentaires:

CAP HORN a dit…

Merci pour cette année passée à lire et à méditer vos sentences .
Ce fut pour moi comme un éclairage de "La Langue Hébraïque Restituée ", comme une Lumière qui brille dans les ténèbres.
Merci pour votre présence.

Le Gaulois libre a dit…

Je reçois votre aimable commentaire comme l'expression de votre âme généreuse.

Générosité d'une âme à laquelle je suis toujours infiniment sensible.

Bien fraternellement à vous.

Anonyme a dit…

Merci infiniment pour tes enseignements, je ne t'en serai jamais assez reconnaissant.

Que dieu te bénisse.