vendredi 7 novembre 2008

La Victoire de Barack Obama.



Obama ou l'imposture de la démocratie américaine.


La culture américaine peut très bien se résumer dans le phénomène Disney World. Un parc d'attractions, - et le mot « attraction » est ici révélateur -, dans lequel les apparences reposent sur des mythes, des chimères, des légendes et des contes pour enfants. Mickey est le personnage emblématique de ce mirage auquel s'identifient les enfants, mais aussi les parents qui les accompagnent. Combien de visiteurs de ces parcs sont en vérité capables de discerner l'organisation et les structures, politiques, financières, stratégiques, même militaires et occultes qui se dissimulent volontairement, pour maintenir l'illusion de l'angélisme romantique d'un univers d'inconscience et de débilité émotionnelle ?

Pour la majorité des électeurs américains les principes qui donnent naissances et font fonctionner les parcs d'attractions de la firme Disney, sont à l'image des principes de la société elle-même. Une grande série d'attractions spectaculaire dans un monde ou la quête du bonheur est universellement partagée, et où tout est abondance sans effort, gentillesse et bonhommie, et le mensonge, l'hypocrisie, la malveillance, la manipulation, l'exploitation des faiblesses, la propagande, les abus de pouvoir, la cupidité, la convoitise et toutes autres formes de vices sont des calembredaines.

L'expression de ce syndrome « Disney World» se retrouve dans la grande parade des élections américaines qui durent pendant près de 18 mois, pour l'élection d'un Président pour un mandat d'une durée de 4 ans... Ceci pour dire que cette grande parade est une attraction essentielle et presque permanente...

Les participants à cette grande parade sont bien évidemment convaincus qu'ils en sont les acteurs, les décideurs et les maîtres d'oeuvre. La faculté qu'a l'être humain de s'identifier à une réalité ou une chimère, est parfaitement maîtrisé et exploité par la société Disney pour donner l'illusion que ce monde enchanteur existe, au moins pendant la durée de la visite, et, elle fait tout, pour que cela soit possible, que cette identification soit suffisamment puissante pour durablement influencer un subconscient qui ne demandera qu'à revivre cette ivresse passagère. Croire que ce qu'est capable de maîtriser une société commerciale comme Disney, échapperait aux organisateurs de la grande parade électorale des États-Unis, c'est comme ignorer la puissante organisation qui fait fonctionner un parc d'attractions, pendant qu'on le visite, mais aussi et surtout pendant que personne ne vient y mettre son nez. Ce parc d'attractions, pour délivrer ses rêves, doit exister dans la continuité, bien avant la venue des visiteurs, mais aussi bien après. Le visiteur ne vivant que l'instant présent, auquel on se garde bien de dire et de faire partager les coulisses qui rendent son rêve possible ; et d'ailleurs il ne demande qu'une chose, c'est que rien de réaliste ne vienne perturber son rêve et troubler son ivresse. Celui qui viendrait à le ramener aux perceptions des réalités sordides qui structures son illusion, serait inévitablement considéré comme un empêcheur, un gêneur un trouble-fête. Dans l'univers du mensonge, la vérité est nécessairement antagoniste et le bouc émissaire à tous les ressentiments.

Mais revenons à l'élection de Barack Obama, qualifiée de spectaculaire, porteuse de toutes les espérances, du changement tant attendu, nouvelle virginité qu'espère retrouver un peuple qui se caractérise par tant d'ignorance, de violence, d'inculture, d'injustice, de vanité, d'arrogance et de perversités érigées en principes faussement libérateurs d'une "démocratie" donneuse de leçons.

L'homme est intellectuellement brillant, sympathique, grand orateur, avec un puissant charisme, enfin sur les âmes simplistes, qui sont hélas la légion du plus grand nombre de votants dans les démocraties, et qui plus est, il est noir...

Mais est-ce lui qui va réellement gouverner cette Amérique qui s'affirme le pays le plus puissant de la planète ? Prétention qui à elle seule révèle des ambitions dominatrices et impérialistes en diables ...

En vérité, il suffit de très peu de bon sens et de clairvoyance, pour comprendre l'imposture de l'illusion qui vient une nouvelle fois d'être survendue au peuple américain, mais pire que tout, au reste du monde.

Cette imposture repose sur un constat pourtant simple. Il y a 4 ans nous dit-on, Barack Obama n'était qu'un obscur et jeune politicien sans grande envergure. Peu expérimenté, sans grande connaissance des structures complexes de la puissante organisation qui assure le maintien du bon fonctionnement du parc d'attractions, avant, pendant et après la grande parade électorale. Son parti avait une candidate Hillary Clinton qui peut se prévaloir d'une véritable expérience en matière de gouvernance de l'état, au travers des 8 années de présidence de son mari, ainsi que de son parcours en tant que sénatrice. Parcours qui avait commencé bien avant la première élection de son mari, et qui a forgé des convictions politiques profondes et spécifiques. C'est sur ces points que la structure occulte qui assure le fonctionnement du parc d'attractions a probablement renâclé. Cette personnalité structurée ne peut pas être de nature docile et obéissante, de plus ses réseaux constitués lui procurent certains pouvoirs capables de remettre en cause l'autorité et la toute-puissance de cette structure occulte si confortablement installée aux leviers de commande. Pour obvier aux difficultés que représentait cette candidature, elle a trouvé un candidat talentueux, avec suffisamment peu d'expérience pour le rendre durablement tributaire de l'organisation qui lui donne cette opportunité et cette chance promotionnelle. Barack Obama va pouvoir devenir président de la plus puissante nation du monde en 4 ans, dont deux passées sur les routes d'une redoutable campagne électorale, ce qui ne doit pas laisser beaucoup de temps à la préparation d'un solide programme et d'une stratégie ayant l'envergure correspondant à celle de cette plus grande puissance embourbée dans les marais de ses turpitudes militaires, financières, sociales et culturelles.

Les capitaux nécessaires à sa campagne ont été rapidement trouvés, pas par le candidat lui-même, ce qu'il n'aurait pu faire sans l'appui de l'organisation qui l'a choisi, et pour des montants jamais égalés dans une élection présidentielle.

Aujourd'hui qu'il est élu, le peuple à l'espoir que le changement (forcément en bien) annoncé pendant la propagande électorale va pouvoir commencer... Illusion du parc d'attractions qui ne repose que sur l'agitation d'une marionnette, mais certainement pas sur la personnalité de ceux qui gouvernent véritablement le pays dans sa durée effective, avant pendant et après la grande parade. Le candidat a d'ailleurs été sélectionné sur sa capacité à passer des compromis avec ses adversaires, et ce qu'il convient maintenant d'entendre par adversaire, n'est pas le parti qui vient de perdre ses élections, mais la structure de l'organisation qui l'a fait « roitelet» d'un parc d'attractions.

Selon le principe du spoils system qui se pratique aux États-Unis, le nouveau Président doit, pour pouvoir compter sur la loyauté de son gouvernement, nommer plus de 3.000 personnes pour prendre la tête de l'administration fédérale. Pendant ses 4 années d'ascension politique, dont je le rappelle 2 passées en campagne, comment le nouveau président a-t-il pu avoir sélectionné 3.000 hauts responsables qui seront en mesure de structurer son administration?... La réponse est simple, il n'a pas pu le faire, car cela suppose une très longue expérience, nettement supérieure à 4 années, ou même 10, et cela implique de puissants réseaux au sein de différentes structures de cette organisation puissante et complexe. Probablement que si un homme seul devait choisir 3.000 hauts responsables, il lui faudrait les 4 années de son mandat pour parvenir à un résultat qui resterait superficiel.

Ce simple constat, démontre que cet homme, pour aussi brillant qu'il paraisse, intelligent et sympathique qu'il est, ne changera rigoureusement rien à ce qui est en place ; c'est ce qui est en place qui continuera à faire fonctionner le parc d'attractions, comme elle l'a toujours fait, utilisant un parti ou un autre en fonction du spectacle qu'elle entend donner pour faire, tous les 4 ans, rêver les foules de ce gigantesque Disney World avec son Mickey le plus médiatique.

En supposant que Barack Obama soit un homme politique chevronné, convaincu, sincère, compétent et déterminé à changer les choses, contre la structure occulte qui est à sa tête depuis si longtemps, le seul résultat auquel nous devons nous attendre, est ce qui a déjà eu lieu dans le passé en situation similaire avec les frères Kennedy... Car il est maintenant clairement établi que ces deux hommes politiques ont tenté d'affronter la redoutable structure militaro-industrielle pour essayer de lui reprendre les pouvoirs qu'elle a délibérément usurpée comme le craignait avec une grande clairvoyance, ou parce que de son temps c'était déjà trop tard, le Président Eisenhower dans son dernier discours dont les propos sur le pouvoir illégitime de cette structure sont pourtant sans équivoque :

« Un élément essentiel pour conserver la paix est notre système militaire. Nos bras doivent être puissants, prêts pour une action instantanée, de sorte qu'aucun agresseur potentiel ne puisse être tenté de risquer sa propre destruction. Notre organisation militaire est aujourd'hui sans rapport avec ce que connurent mes prédécesseurs en temps de paix, ou même les combattants de la Deuxième Guerre Mondiale ou de la Guerre de Corée.

Jusqu'au plus récent conflit mondial, les États-Unis n'avaient pas d'industrie d'armement. Les fabricants américains de socs de charrues pouvaient, avec du temps et sur commande, forger des épées. Mais désormais, nous ne pouvons plus risquer l'improvisation dans l'urgence en ce qui concerne notre défense nationale. Nous avons été obligés de créer une industrie d'armement permanente de grande échelle. De plus, trois millions et demi d'hommes et de femmes sont directement impliqués dans la défense en tant qu'institution. Nous dépensons chaque année, rien que pour la sécurité militaire, une somme supérieure au revenu net de la totalité des sociétés US.

Cette conjonction d'une immense institution militaire et d'une grande industrie de l'armement est nouvelle dans l'expérience américaine. Son influence totale, économique, politique, spirituelle même, est ressentie dans chaque ville, dans chaque Parlement d'État, dans chaque bureau du Gouvernement fédéral. Nous reconnaissons le besoin impératif de ce développement. Mais nous ne devons pas manquer de comprendre ses graves implications. Notre labeur, nos ressources, nos gagne-pain… tous sont impliqués ; ainsi en va-t-il de la structure même de notre société.

Dans les assemblées du gouvernement, nous devons donc nous garder de toute influence injustifiée, qu'elle ait ou non été sollicitée, exercée par le complexe militaro-industriel. Le risque potentiel d'une désastreuse ascension d'un pouvoir illégitime existe et persistera. Nous ne devons jamais laisser le poids de cette combinaison mettre en danger nos libertés et nos processus démocratiques. Nous ne devrions jamais rien prendre pour argent comptant. Seule une communauté de citoyens prompts à la réaction et bien informés pourra imposer un véritable entrelacement de l'énorme machinerie industrielle et militaire de la défense avec nos méthodes et nos buts pacifiques, de telle sorte que sécurité et liberté puissent prospérer ensemble.

De même, la révolution technologique des décennies récentes fut en grande partie responsable des changements radicaux de notre position militaro-industrielle. Dans cette révolution, la recherche est devenue centrale, elle est également plus formalisée, plus complexe, et coûteuse. Une part toujours croissante en est conduite pour, par, ou sous la direction du Gouvernement fédéral.

Aujourd'hui, l'inventeur solitaire, bricolant au fond de sa boutique, a été dépassé par des troupes de choc formées de scientifiques dans les laboratoires et des centres d'essai. De la même manière, l'université libre, historiquement source d'idées et de découvertes scientifiques nées dans la liberté, a vécu une révolution dans la conduite de la recherche. En bonne partie à cause des coûts énormes impliqués, obtenir un contrat avec le gouvernement devient quasiment un substitut à la curiosité intellectuelle. Pour chaque vieux tableau noir, il y a maintenant des centaines d'ordinateurs. La perspective d'une domination des spécialistes de notre nation par les emplois fédéraux, les budgets attribués aux projets et le pouvoir de l'argent, [cette perspective] est bien présente et doit être considérée avec gravité.

Cependant, tout en apportant à la recherche et scientifique le respect que nous leur devons, nous devons également être attentifs à un danger à la fois aussi grave et opposé, à savoir que l'ordre public puisse devenir captif d'une élite scientifique et technologique. C'est la tâche de l'homme d'État que de mouler, équilibrer, intégrer toutes ces forces, anciennes et nouvelles, aux principes de notre système démocratique — en visant toujours à atteindre les buts suprêmes de notre société libre.

Un autre facteur de maintien de l'équilibre implique l'élément de temps. Alors que nous envisageons la société future, nous devons – vous et moi et notre gouvernement — éviter la tentation de vivre seulement pour le jour qui vient, pillant pour notre propre aisance, et à notre convenance les précieuses ressources de demain. Nous ne pouvons pas hypothéquer les actifs de nos petits-enfants sans risquer de dilapider également leur héritage politique et spirituel. Nous voulons que la démocratie survive pour les générations qui viennent, non pour devenir le fantôme insolvable de demain."

Si je devais définir cette organisation occulte qui contrôle le parc d'attractions que sont les États unis, je ne pourrais pas le faire avec autant de précision et de concision que l'a fait le Président Eisenhower dans ce discours d'un des derniers hommes politiques encore réellement libre.

La présidence de Barack Obama verra effectivement un changement, comme l'évoque son thème de campagne électorale, mais le peuple américain, après l'ivresse de la grande parade, risque de se réveiller avec une sacrée gueule de bois, et la surprise que le changement ne soit pas celui du parc d'attractions en fête, mais plutôt (ne pas confondre avec le chien de Mickey) celui du temps des épreuves avec son cortège de misères, de violences, d'injustices que ce président portera de plus en plus difficilement sur ses fragiles épaules.

Peut-être découvrira-ton que cette structure occulte et illégitime a agi avec un redoutable cynisme en choisissant un noir pour porter le chapeau des malheurs dont elle est pourtant entièrement responsable...


.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Excellent article, c'est très important de souligner le monde de spectacle et d'illusion, un monde de communication propagandiste dans lequel nos générations se retrouvent piégées et pas seulement aux etas-unis, c'est bel et bien une mascarade pensée à l'échelle mondiale.

Derrière cet engouement pour un président de couleur mit en avant par tous les médias du monde se cache un habile coup de poker organisé par nos maîtres occultes.

En Juin dernier, Obama et H. Clinton ont participé à la réunion très secrète et énigmatique du groupe Bilderberg. Rien qu'en cela l'issue de l'élection étasunienne était jouée et démontrait le choix que l'élite avait fait pour son peuple.

Qu'est-ce que le groupe Bilderberg ? un groupe de pensé à l'image du groupe Le Siècle pour la France.
Regroupant l'élite puissante dans divers domaines comme la finance la santé ou les médias. Qui se réunissent dans le plus grand secret pour "discuter de l'avenir du monde", un groupe informel et en aucun cas élu par le peuple!

Je ne peux que vous conseiller d'approfondir vos recherches sur ce groupe avec le documentaire d'Alex Jones END GAME en vostfr ici : http://www.mecanopolis.org/?page_id=1793

Il est intéressant de voir qui à été au coté d'Obama durant sa campagne et qui a largement financé celle-ci pour un montant trois fois supérieur à celui de son adversaire.

Austan goolsbee, membre de la société secrète des Skull&Bones tout comme la lignée Bush.
et Bresniski, son mentor politique qui l'a été pour Carter et conseillé du groupe Rockefeller celui la même qui finance la campagne. Rockefeller une des treize famille illuminati.
Une rumeurs prétend même que M. Obama sa femme, ferait partie du CFR (Rockefeller)

Nous voyons donc bien la qui tire les ficelles, Obama n'étant qu'un pion à la solde des Rockefellers.

Effectivement il dégage quelque chose de bon, et il est peut être sincère mais il est certain que si il désobéit à ses maitres, nous connaissons déjà la fin de l'histoire... (Kennedy)

N'attendons pas le changement de la politique, elle n'est la que pour maintenir l'ordre en place et la ligne de conduite menant au nouvel ordre mondial. La révolution viendra d'un peuple éveillé, informé et capable d'utiliser son libre arbitre.

Cordialement,
Schulmeister.

Anonyme a dit…

C'est tellement plus facile de dire que tous les êtres humains sont des ignorants endormis qui vivent dans un monde d'illusions... Que tout est noir et que de toute façon on se fait tous avoir par le système qui est pourri jusqu'a la racine et dirigé par quelque uns qui se moquent complètement de la condition humaine, et cela sur toute la planète. La seule chose que vous ne dites pas c'est ce que vous vous seriez tenté de faire à la place de ces américains si idiots selon vous pour la majorité. Cela me fait étrangement penser à cette fameuse parabole de la paille et de la poutre... Mais pour revenir à vos propos certes très éloquents, le tous dans un texte à la structure très bien soignée, j'imagine que vous n'avez trouvé aucune faille dans vôtre raisonnement qui vous paraît certainement être le plus pertinent… Mais cette attitude est selon moi négative et contraire à l’évolution, car l’homme est peut être misérable mais sa volonté est extraordinairement puissante. Et même si c’est pour un rêve il peu se battre jusqu’au miracle. Même si il n’à pas les capacités intellectuelles et spirituelles suffisamment grandes pour comprendre les coulisses du décore dans lequel il vit il ne sera pas plus ni moins qu’un être humains. Ce n’est pas parce qu’on ne possède pas suffisamment de discernement pour tout comprendre que l’on est un sous homme !
Oui les états Unis d’Amérique comme tous les pays de ce monde ont leurs défauts qui sont d’autant plus grand qu’ils sont une véritable puissance mondiale. Mais oui effectivement, ils ont donné à ce monde une leçon de démocratie. C’est peut être étrange venant d’un pays qui à tant déçu l’humanité mais c’est une victoire, certes plus symbolique qu’autre chose car la réalité ne disparaîtra pas, mais c’est suffisant pour redonner à des hommes la volonté de continuer à lutter pour un monde meilleur, ou plutôt une illusion de meilleure qualité. Redonner aux hommes l’envie de croire que finalement toute ces vies perdues dans cette lutte éternelle pour la liberté de l’homme ne son pas jetées à l’eau que ces sacrifices servent bien à quelque chose.
Car très cher c’est un fait que nous soyons là ou pas, que ne nous le voulions ou non, la civilisation humaine est appelée à progresser je dirais même et c’est mon opinion, que le but de toute chose ici bas est d’évoluer. Pardonnez-moi ma bêtise si j’ai bien envie de croire en cet homme aujourd’hui, si j’ai besoin de croire que cet homme ne recherche pas la destruction ou la domination de la race humaine ou qu’il ne se fera pas assassiner comme les Kennedy. Je suis désolé de ne pas être de vôtre avis mais ma pensée n’est pas binaire. La nature, contrairement à ce que vous dites n’est pas déterministe…
Qu’on le veuille ou non il y’aura toujours des hommes qui voudrons dominer les autres, il y’aura toujours des forts et des faibles, des riches et des pauvres, des associations mystiques qui œuvre pour le mal et d’autre pour le bien. Il y’aura toujours des hiérarchies à toutes les échelles de l’existence, tout comme l’histoire ne cessera jamais d’avancer.
Tout change c’est un fait cyclique, rien est éternel en ce qui concerne les hommes. L’essentielle est de trouver sa place dans cette fourmilière et de tenter de faire ce pourquoi on est là, le reste importe peu.

Ne voyez pas dans mes propos la moindre attaque personnelle car j'aime et je respecte le travail que vous faite, mais je ne suis pas du même avis que vous sur ce sujet.

« Douter de tout ou tout croire, ce sont deux solutions également commodes qui l'une et l'autre nous dispensent de réfléchir». Henri Poincaré.

Cordialement.

Phoenix.

Lug le gardien du Temple a dit…

Mon cher Phoenix

Si comme vous le dites si justement dire les choses peut être facile, ce qui est vrai pour les choses insignifiantes et superficielles, ça l’est déjà moins pour des réalités que l’immense majorité du genre humain s’efforce d’occulter par confort, faiblesse et/ou IGNORANCE.

Cela devient autrement plus difficile lorsque celui qui dit, s’efforce en plus de démontrer par des faits objectivement constatables, historiquement établis et reposant sur des postulats crédibles... Pour vous permettre de percevoir la difficulté, ce que vous considérez comme un texte à la structure soignée, n’est pas autre chose que le respect des principes qui précèdent.

À l’inverse, votre contestation de ce texte, et je ne parle pas ici de votre opinion par nature respectable, est des plus facile, car elle s’exonère de toute démonstration crédible qui pourrait lui donner un autre contenu que celui d’une critique purement émotionnelle ; comme dit l’adage populaire si la critique est facile l’art est difficile, et cet art ne repose que sur la règle que le sage n’affirme rien qu’il ne puisse démontrer...

Cette facilité évoquée s’accompagne de surcroît d’accusations d’un profonde injustice qui méconnait, volontairement ce qui n’est pas vertueux, ou involontairement ce qui est une manifestation d’ignorance, les nombreux écrits que je mets en ligne sur l’ensemble de mes sites, et par les ouvrages que je propose en téléchargement gratuit comme le Troisième Oeil et L’infini. Ses textes, pour ceux qui savent en faire une lecture attentive, disent clairement que les vertus d’un individu sont les vertus du groupe auquel il s’identifie, et lorsqu’un groupe, organisation, religion, ou un peuple exprime un caractère vicieux et corrompu, il ne manifeste que la mentalité de l’ensemble des membres qui le composent... Ceci constitue une somme considérable de propositions positives applicables à tous les échelons de la vie sociale.

Ceci n’est pas une impression personnelle émotive, et encore moins une opinion égotique, mais juste le constat objectif qu’une très longue période de l’histoire de l’humanité permet d’établir. Les plus grandes civilisations, sont celles qui reposaient sur des codes moraux et éthiques d’une très haute élévation, et les plus misérables, celles qui passent leur temps à asservir, sont invariablement celles qui s’exonèrent de toutes règles morales, de toutes dignité, droiture et tolérance, comme celle dans laquelle nous vivons... Alors, dire qu’une civilisation, un peuple, une religion ou une simple réunion de personnes est frappé d’infamie et d’ignominie pour cause de manque de justice, de vertus et de sens moral est pour ceux que cela dérange très NEGATIF, ce qui n’est que le syndrome du parc d’attractions que je souligne dans mon article sur l’élection d’Obama. Mais ce n’est ni un mensonge, ni une élucubration, juste une réalité... Et le propre de tout processus d’évolution, c’est d’être capable de comprendre les réalités, pour justement sortir, même douloureusement, des illusions et des rêveries des angélismes infantiles.

Mon cher Phoenix croire qu’il n’y a pas de différence entre un être humain capable de discernement subtil, et un autre n’ayant pas cette faculté supérieure activée, cela permet de s’imaginer que l’égalité est la règle alors qu’elle n’est, dans ce cas précis, qu’une colossale injustice. Si nous possédons tous potentiellement les mêmes facultés physiques, pour ne parler que celles-ci pour les commodités de l’exemple, celles d’un champion olympique sont nettement différentes que celles du sédentaire chronique à l'hygiène de vie crasseuse... Les qualités du premier le rendent sur le plan physique, nettement supérieur au deuxième. Ce qui s’applique sur le plan physique vaut pour le plan intellectuel et spirituel, voilà qui contredit votre affirmation qui voudrait que tous les êtres soient égaux avec ou sans discernement...

Pour en venir à votre opinion, qui je le rappelle est tout aussi respectable que n’importe qu’elle autre, même si elle n’est pas d’égale valeur sur le plan de la justesse et de la crédibilité, l’Amérique, comme vous le dites si bien, est un pays qui a autant de défauts que les autres avec en plus la prétention de vouloir donner des leçons de pseudo «démocratie» avec arrogance et condescendance, et comme le disent les stratèges du pentagone, les armes à la main s’il le faut... Ce qui soit dit en passant, transforme cette démocratie de pacotille en tyrannie impérialiste très ordinaire.

Belle leçon de démocratie que d’avoir élu, d’une façon si douteuse que même les républiques bananières ont pris des leçons de tripatouillage électoral, un personnage qui sous des prétextes mensongers, en violation des règlements internationaux, avec le cynisme et l’arrogance d’un dictateur gouvernant avec des lois d'exceptions, a été faire la guerre à un pays (l’Irak) dont le budget militaire était à l’époque de 2 milliards de dollars, alors que celui des États-Unis était de 600 milliards de dollars... Quel courage, quelle noblesse, quel sens de l’éthique et de la morale que cette manifestation de bravoure... Quelques milliers de soldats américains y ont laissés leur vie pour servir les énormes bénéfices du complexe militaro-industriel... Mais il ne faudrait pas non plus oublier les presque 800.000 victimes irakiennes qui sont directement imputables à ce pays si démocratique, soi-disant libre et toutes les sornettes d’une propagande qui n’a rien à envier à l’ancienne Union soviétique.

On peut se tromper une fois, ce qui fait partie de l’erreur humaine, mais se tromper deux fois sur un même sujet est soit une connerie dont est nécessairement coupable l’auteur, soit une malveillance révélatrice d’un caractère corrompu et vicieux. Malgré qu’il ait été avéré que la démocratie américaine avait élu un président ayant pratiqué le plus gros MENSONGE d’état, avec son cortège de misère, de tuerie, de tortures, d’infamie de ruine pour conséquence, le peuple américain, qui n’était donc plus tout a fait ignorant, l’a réélu haut la main, assurant ainsi sa totale complicité et responsabilité karmique d’une des plus grandes imposture politique, culturelle et intellectuelle... Si les Allemenands n’avaient pas adhéré intellectuellement et électoralement à ce que proposait Hitler, ce dernier serait resté peintre en bâtiment. C’est cette adhésion collective, basée sur la volonté de vouloir ignorer les réalités qui a prolongé et la guerre en Irak, et la crise financière, et la crise économique qui va, juste retour des choses, frapper le peuple ayant la responsabilité de ces troubles internationaux.

Croire que la civilisation humaine soit, comme vous l’affirmer facilement, appelée à progresser, c’est ne pas avoir une vision d’une grande amplitude de l’histoire de l’humanité, car dans ce cas elle vous démontrerait ( cette ample vision) que les civilisations sont toutes et toujours condamnées à disparaitre, ceci est un fait qui ne souffre aucune contestation crédible.

Comme croire en la possibilité d’un «homme» providentiel capable de changer radicalement l’ordre des choses, n’est pas autre chose qu’une forme d’idolâtrie qui ne produit rien d’autre que des désillusions, comme, là encore, le démontre l’histoire sur une très longue période. Lorsqu’une cause produit invariablement les mêmes effets, il faut une foi aveugle pour imaginer qu’en la reproduisant à nouveau elle peut produire autre chose... Cette foi aveugle je la respect, mais je ne la partage pas pour cause de discernement qui m’amène à constater que l’idolâtrie est le plus sur chemin du totalitarisme et de l’intolérance.

J’ai coutume de dire que le monde est parfait, et que l’être humain devrait cesser d’avoir la vanité de croire qu’il peut changer, directement ou par Obama interposé, l’ordre souverain des choses. Nous ne sommes pas là pour changer l’ordre des choses, mais c’est cet ordre parfait des choses qui est là pour nous changer... En cela réside le pouvoir d’évolution et d’involution de la Conscience, et s’imaginer que le nouvel élu fera des miracles, alors que la techno-structure restera rigoureusement la même que celle qui a mené et gouverner les États-Unis depuis plus de 50 ans, c’est, me semble-t-il, régresser dans les chimères d’un Messie aussi peu clairvoyant que le dernier qui serait né parait-il en même temps que le passage du père Noël...

Une civilisation, un pays, une tribu, une famille est à l’image des membres qui la composent. Notre civilisation occidentale qui se caractérise par un matérialise asservissant, une spiritualité hollywoodienne, une éthique de cul de basse-fosse, une moralité caractérisée par un individualisme égotique et une culture systématique de l’ignorance est du vice, ne pourra jamais prétendre faire partie des civilisations les plus développées pour cause de corruption généralisée de la majorité des membres dont elle est le fidèle reflet.

Ceci ne veut pas dire qu’il n’y a pas un très petit nombre d’individus qui marchent malgré tout sur l’étroit sentier de l’évolution, mais lorsqu’ils se manifestent pour dire ce qui est le plus juste et le réel, ils sont tellement dérangeant que leur voix est rapidement étouffée...

Douter est le propre de la Foi, discerner est le propre de la Raison, et ce n’est que lorsque la Foi et la Raison marchent de concert, que le jugement est éclairé. C’est pour respecter ces principes que je ne juge l’arbre qu’à ses fruits et l’homme qu'à son parcours et jamais sur ses promesses faciles, celles qui s’adressent à ceux qui y croient aveuglément au point de l'élire président...

Si j'ai tort, je ne peux avoir que de bonnes surprises, l'inverse ne sera pas aussi réjouissant...;-))))

Bien fraternellement à vous.

Anonyme a dit…

Vous êtes tous supposés suivre la voie du chemin de la science hermétique, et c'est étonnant que de vous voir vous livrer à des propos partisans sur la politique. La loi de l'analogie des contraires suppose que du moment ou on prend position dans des situations d'adversité, on affronte son pouvoir sur un autre. Ce qui fait que vous devenez des êtres du bas monde, égaux à ces gens que vous traitez de gober les illusions. Ceux qui connaissent la science retiennent leurs paroles, et que la bonté suprême est au dessus du bien et du mal (bien et mal selon la perception des vulgaires, donc les gens de type moutons de Panurge comme vous êtes en train de le devenir).
Les humains détenant réellement la puissance se met au dessus de partisannerie c'est pourquoi les bilderberg etc... s'en foutent si t'es un démocrate ou républicains, ceux qu'ils veulent c'est de se maintenir au-dessus de tout car seulement ce sont les moutons qui s'y interessent)

Setanta a dit…

Hello anonyme,

Partisan ? Je ne vois que des gens éclairés et qui font preuves d'un grand discernement.

N'est ce pas là un grand service à rendre à ceux qui font de réels recherches, que de leur apporter un avis plus qu'éclairer sur ce monde ? Et ceci sans tomber comme vous le dites dans une partisannerie de bas étage.

Si je dis que la droite est un partie politique inéfficace, suis-je donc de gauche ou d'un autre partie ? Voilà qui serait un manque de discernement. Et le fait que vous préjugiez ces personnes sur des apparences, ne montre nullement en vous une grande capacité de discernement.

Donc, si vous connaissiez un peu plus cette science, vous auriez pu vous rendre compte que, de se taire quand il faut parler, n'ait pas plus sage que de parler quand il faudrait se taire. Ceux qui ont vraiment les connaissances ne font que respecter cette Loi :

Livre d’Hermès Trismégiste, Tablettes d’Émeraude de Thoth : 3.1

"Ne reste pas silencieux lorsque le mal est prononcé, car la vérité brille au-dessus de tout, comme le Soleil. Celui qui contrevient à la Loi se punira lui-même parce que c’est à travers cette loi que l’Homme acquiert sa liberté."

Enfin, qu'il me semble. ;-)

Anonyme a dit…

Merci pour le troisième œil à l'infini (et pour le kybalion aussi).

Je me sent plus en plus libre depuis que je vous j'ai gratuitement eu ces deux chef-œuvres.

Je rappelle juste ce grand arcane du KYBALION:***********************************"Les lèvres de la Sagesse sont closes, excepté aux oreilles de la Raison." *********