jeudi 10 août 2017

Liberté - Egalité - Fraternité


 

Il n’y a pas de liberté sans justice. 

Il n’y a pas de liberté sans lois permettant sa juste pratique, et en l’absence de ces lois règne toujours la loi du plus fort qui est  inévitablement utilisée pour asservir les plus faibles.

Supprimer des lois, du Code du travail, qui protègent les plus faibles (salariés) pour redonner davantage de pouvoirs aux plus forts (patronat), n’est ni un progrès ni une libération pour le plus grand nombre, mais un net retour à la loi du plus fort et à l’asservissement des faibles, ce qui voudra dire : moins de liberté, parce que moins de justice.


Aucun commentaire: