mercredi 22 mars 2017

L'émigration vue par un algérien...

7 commentaires:

Lilbudha a dit…

Je me jette dans la gueule du loup de bon coeur mon Lug ! Comme tu t'en doutes, je ne partage pas l'analyse de ce monsieur.

Tu n'es probablement pas sans savoir que le plus grand manque à gagner d'un état comme la France n'est pas l'assistanat comme l'évoque cette vidéo, mais l'évasion fiscale et dans une plus large mesure, la corruption, dans un rapport de l'ordre de 50 pour 1 minimum. Ceci n'enlève en rien à la justesse de son discours sur la dé-résponsabilisation des individus, migrants, et non migrants d'ailleurs, qu'engendrent la vision d'un État Providence.

Ceci étant dit, son discours me semble manquer singulièrement de subtilité dans le sens où il occulte le passé et la responsabilité des pays occidentaux envers l'état actuel des pays en "voie de développement" et dont le flux migratoire est majoritaire. Quand on maintient un pays la tête sous l'eau, comme la France-afrique sait si bien le faire, en partenariat avec d'autres pays occidentaux, par quelle étrange vision de la justice en viendrait-on à penser que les victimes de ce traitement n'ont pas légitimement le droit de venir demander des comptes à leurs bourreaux, à ceux qui pillent et volent leurs ressources (en accord avec les élites corrompus de ces pays, je ne l'oublie pas) ? Quand on déchire la Lybie et la Syrie, et que l'on crée, par voie de conséquence, une vague migratoire importante, peut-on ensuite simplement s'en laver les mains comme si rien ne s'était passé ? Les aborigènes sont aujourd'hui un problème du point de vue du système capitaliste, tout comme les descendants des indiens, mais peut-on leur reprocher de ne pas s'intégrer dans un système qui leur a tout volé, qui a détruit et caricaturé jusqu'à leur racine ?

Il oublie aussi qu'aujourd'hui, avec le capitalisme à outrance et la mondialisation, on force les individus à travailler non pour l'intérêt du bien commun, afin de créer des richesses pour tous, mais pour l'intérêt de quelques-uns, ce qui enlève énormément de crédit et d'intérêt à la valeur travail. C'est d'ailleurs le lot quotidien des agriculteurs dont trois d'entre eux se suicident chaque semaine en France.

Enfin, sa vision de la situation est à mon sens assez limitée puisqu'elle ne prend pas en compte le fait qu'avec le progrès technologique (mais pas moral), faisant partie du patrimoine universelle de l'humanité, nous pourrions aujourd'hui nous affranchir facilement d'un bon nombre de servitudes. Ceci pourrait permettre de garantir à tous les citoyens d'un pays d'être nourris et logés.

Je ne dis pas par là que l'on devrait ensuite vivre d'oisiveté, loin de là, mais que nous sommes actuellement en mesure de repenser intégralement le modèle de notre société afin de garantir à chacun la même égalité des chances, sans verser dans le totalitarisme égalitaire du communisme. Juste au moins de permettre à chacun de partir sur des bases communes de potentialités, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, or il n'en parle absolument pas.

Un peu comme le fait que nous avons tous le même droit d'Amour Divin, à chacun ensuite de s'en donner les mérites.

Le Gaulois libre a dit…

Mon Lilbudha, l’auteur de cette vidéo donne un point de vue sur un point particulier d’une émigration essentiellement économique basée sur l’assistanat social, il ne prétend pas vouloir en chercher les responsables ni même les causes. Et ce point de vue mérite aussi d’être pris en considération.

À l’inverse, ta tentative d’en rechercher les causes et les responsables, outre qu’il est infiniment téméraire de vouloir le faire sur un simple mail de 20 lignes, elle manque de vision objective, historique et dépassionnée.

Il serait facile, mais puéril d’imaginer qu’il puisse y avoir les bons émigrés (victimes) d’un côté, et les méchants pays occidentaux de l’autre (bourreaux). Rien que cette construction ruine en grande partie la crédibilité de ton propos.

Juste pour que tu t’en fasses une petite idée, sais-tu combien de fois et pendant combien de temps la France où la Gaule a été colonisée ?

Un nombre incalculable de fois, et pendant des siècles tant par les Indo-européens celtes, les Romains, les Burgondes, les Vandales, les Ostrogoths, les Visigoths, les Germains, les francs, les Huns, les Vikings, les maures (Arabes) et les derniers en date les Allemands nazis...

Ceci pour dire que c’est faire preuve d’une grande méconnaissance que de croire qu’il n’y a que les pays que tu appelles sous-développés, qui ont été victimes des invasions, des colonisations et même de l’esclavage que l’Europe a pratiqué pendant des millénaires avec ses propres ressortissants, et dont personnes de parle plus.

Une chose importante que nous apprend l’Histoire, c’est qu’une émigration massive et incontrôlée est toujours à l’origine des guerres civiles, et des guerres tout court. C’est aussi invariablement l’assurance de la mort d’un pays, d’une culture, d’une civilisation, et seuls les dirigeants irresponsables et ignorants peuvent méconnaitre les inévitables conséquences de ce terrible fléau.

Cela vaut pour n’importe quel pays qui se laisse submerger par une émigration sauvage ou militaire, qu’il soit européen, africain ou asiatique.

Et que je sache, sauf à faire une grossière erreur, le premier devoir de tous gouvernants est d’abord de protéger le pays et sa population qui leur ont confié cette mission naturelle, sacrée, inaliénable et imprescriptible sous l’énoncé d’un droit que la DDHC de 1789 appelle : la SURETÉ.

Ceci n’exclut pas d’avoir aussi un devoir de responsabilité envers les peuples auxquels nos dirigeants corrompus ont porté préjudice, en les aidant pour qu’ils puissent recouvrer leur autonomie et leurs développements, mais il faudrait aussi que ces peuples soient capables de foutre dehors les hordes de parasites qui les représentent et s’empressent de détourner à leurs unique profits ce qui devait revenir aux peuples. À la mort de Mobutu Sese Seko, les avoirs financiers qu’ils avaient détournés à son unique profit, sur des comptes étrangers, représentaient l’équivalent de la dette du Zaïre...

Chercher l’erreur...

Alors, il y aura toujours ceux qui se battent dans leur pays pour le développement et le respect des droits de chacun des habitants, et ceux qui préfèrent manifester violemment dans des pays d’accueil, qui ne les ont pas invités, pour réclamer des droits qu’ils n’avaient pas dans leur pays de naissance, et pour lesquels ils n’ont ni travaillé ni ne se sont battus.

Lilbudha a dit…

Mon cher ainé, je te trouve manichéen dans ta conclusion, nombreux sont les migrants qui vont dans des pays d'accueils et apportent une plus-value sans manifester violemment dans ces pays comme tu en fais la sombre caricature, c'est d'ailleurs la majorité de l'immigration. Mais je suis aussi pour une meilleure régularisation aux frontières et surtout cesser de faire attendre ces migrants des années, voire des dizaines d'années, pour savoir s'ils ont le droit, ou non, de rester en France...

Pour préciser ma pensée, je ne tentais pas vainement d'expliquer toutes les causes de l'immigration mais d'élargir un peu la vision que nous partage l'auteur de la vidéo en abordant différents thèmes qui auraient gagné à être pris en compte pour une analyse subtile, et tu nous rappelles qu'on peut lui faire gagner en profondeur d'un point de vue historique.

Il n'en demeure pas moins qu'en ce qui concerne la vague d'immigration Syrienne par exemple, elle est directement imputable aux récents conflits du Moyen-Orient, dont la France a une responsabilité directe à court terme. Vu leurs conditions actuelles, difficiles d'envisager rester dans leur pays pour revendiquer des droits alors que la plupart n'ont même plus de logement, ni d'infrastructures étatiques pour ne prendre exemple que de cette vague migratoire.

J'ai voulu me prémunir de ta réflexion sur les termes de "victimes" et "bourreaux" en stipulant que j'étais bien conscient que les dits pays ont une élite qui coopère avec les pilleurs, en s'en mettant pleins les poches au passage, comme tu le signales pour Mobutu. Cela dit, dans l'état actuel des choses, nous avons bien des des voleurs d'un côté et ceux dont la terre et les richesses se font voler de l'autre, les élites corrompues et le peuple permissif. Sans occulter l'étroite relation qui existe entre un bourreau et sa victime et la part de libre d'arbitre, toujours présente, qui existe entre eux.

Si ce point de vue a le mérite d'être pris en considération, je le trouve néanmoins limité car il se base sur une société qui tourne bien et où chacun aurait les mêmes chances que son voisin, or ce n'est absolument pas le cas aujourd'hui. :)

Le Gaulois libre a dit…

Je ne sais pas si j’ai une tendance manichéenne, mon Lilbudha, mais après avoir refusé, dans mon précédent propos, de ranger les bons migrants (victimes) d’un côté, et les méchants pays occidentaux (bourreaux) de l’autre, comme il ressortait de ta prestation, cela ne fait pas de moi un adepte très convaincu de cette doctrine, et j’ai même peur que leurs plus fidèles croyants ne me prennent pour un hérétique...

Je t’accorde bien volonté qu’il y a un certain nombre de ces migrants qui apporte une petite plus-value venant enrichir l’utilité commune, mais restons modeste, ça ne changerait pas grand-chose à ce qui fait l’attrait de notre communauté nationale, si cette petite plus-value n'était pas présente, au point de toujours donner l’irrésistible envie aux immigrants économiques de venir nous faire "profiter" de leurs talents, au lieu d’apporter leurs compétences à l’utilité commune de leur propre pays... Talents que par ailleurs un certains nombre des nôtres ont apporté à l'utilité commune de leurs pays sans pour autant se faire assister par eux.

Heureusement qu’il n’y a pas que des fardeaux pour la collectivité nationale parmi ces migrants. Mais ne nous égarons pas en nous cachant derrière notre petit doigt, lorsque la majorité de ces migrants actuels est constituée majoritairement d’adeptes de l’assistanat aux généreuses protections sociales (médicales, éducatives, familiales, humanitaires, locatives, etc...), sans en apporter la légitime, et de plus en plus lourde contribution, qui, par ailleurs, est réclamée aux autochtones pour qu’ils puissent eux-mêmes en bénéficier. Ce n’est pas les quelques migrants méritants qui peuvent permettre de faire que nos banlieues - sur lesquelles la gôche déverse des milliards de subventions, prises dans la poches des contribuables besogneux, depuis tant d’années -, soit autre chose que des zones de non-droit, dirigées par des petits caïds locaux qui revendiquent haut et fort leur mépris pour le pays qui les nourrit, les loges, les soignes, les éduques (enfin pour ceux qui font l’effort d’accepter de l’être), les protèges, et n’hésitent pas à agresser tous ceux qui viennent porter aide et assistance dans ces banlieues, comme les transports publics, les pompiers, les médecins et les policiers régulièrement accueillis par des jets de pierres et des cocktails Molotov dans le meilleur des cas, ou par des tirs de kalachnikov, dans le pire.

Petit condensé des énormes moins-values de l’immigration :

http://echelledejacob.blogspot.fr/2017/03/guerilla-ethnique-en-cours.html

Concernant la vague d’immigration syrienne, qui te sert d’exemple, il faut savoir que ce n’est pas du tout l’essentiel de l’immigration économique basée sur l’assistanat que nous devons subir, et s’il n’y avait que cette immigration syrienne, elle serait parfaitement gérable, intégrable et assimilable. Et pour ce qui concerne ton discernement en matière de responsabilité, je crois qu’il est un peu facile d’attribuer a l’ensemble d’une population, par ailleurs parmi les plus généreuses, les méfaits de dirigeants corrompus, agissant sous l’autorité de puissances étrangères, et n’ayant reçu aucun mandat de la souveraineté populaire pour le faire, de lui imputer leurs exactions et turpitudes en matière de création et d’encouragement pour la constitution de Daesh et de ses filiales, et des filières mafieuses d’immigration illégale. Tout en refusant de voter pour ceux qui se proposent, d'une façon crédible, de les foutre dehors.

La justice repose sur le discernement subtil entre le vrai coupable et l’innocent. Pour cela il ne faut pas qu’elle repose sur les préjugés de celui qui juge, mais sur des pensées justes en vertus.

Lilbudha a dit…

Mon cher ainé, les migrants dont tu parles, je me demande bien comment ils peuvent bénéficier des aides lorsque cela met un temps fou pour qu'ils soient reconnus et/ou qu'ils doivent jouer au jeu du chat et de la souris avec la police pour ne pas se faire expulser manu-militari. Ce sont les associations indépendantes qui, pour la plupart et sans recevoir de grandes aides de l'état, leur vienne en aide. À Calais par exemple, c'est ce qu'il se passait et aujourd'hui l'état a interdit qu'on leur vienne en aide dans cette zone. Donc la plupart des "assistés", bénéficiant des aides sociales sont bien des français, conditions pour pouvoir en bénéficier, pas des migrants.

Ensuite, sans parler de plus-value, je dis simplement que la majorité des migrants ne font pas de vagues et tentent sincèrement de s'intégrer et s'en sortir lorsque l'occasion leur est donné. Personne n'a dit qu'ils ont l'intention de venir nous faire profiter de leur talent, tout au plus de s'en sortir dignement, ce que leur pays ne leur permet parfois pas ne nous leurrons pas. Le tableau sombre que tu me dépeins, relayé par la plupart des médias aux tendances extrémistes dont le site en lien qui joue régulièrement sur les ficelles de la peur, n'est pas le juste reflet de la réalité. Les casseurs, ce sont rarement des migrants et il faut se rendre dans les banlieues et les cités pour constater par soi-même que ce sont bien des Français qui sont parqués comme des animaux dans des tours de béton avec, à la base, peu de chance de s'en sortir.

Je ne comprends pas ton paragraphe culpabilisant sur les travailleurs besogneux en opposition aux assistés. Comme s'il y avait les méchants assistés d'un côté, et les gentils innocents besogneux de l'autre, je ne le comprends pas car, outre qu'il soit là encore manichéen, l'essentiel du manque à gagner pour la collectivité, je le rappelle, est dans la corruption. Lorsqu'un assisté coûte un euro à la collectivité, dans le même temps, l'évasion fiscale coûte 50e minimum, alors le gentil travailleur besogneux, je me dis qu'il ferait bien de se tourner vers les vrais responsables, non ? Sans parler de ces travailleurs besogneux qui profitent de cette immigration pour faire tourner au black leur cuisine et s'en mettre plein les poches par exemple.

Ces sujets, celui des cités, de l'intégration des étrangers, de la violence en banlieue, doit être traité, c'est une évidence, mais tu aurais bien tort de penser qu'il n'y a pas de petits blancs en situation d'échec dans les cités et qui participent grandement au bordel que tu dénonces. Je le rappelle, un grand nombre des caïds dont tu parles sont français à l'heure actuelle. À mon sens, cette grogne des quartiers populaires n'est que celle, montante et plus violente, de la grogne du peuple de façon générale envers la politique de ces dernières décennies.

Dans le lien que tu nous partages parlant de la guérilla ethnique, je ne vois pas de grandes différences entre le levier de la peur utilisé par l'UMPS pour nous faire croire aux pires catastrophes si l'on décide de quitter le navire européen, et celui utilisé par le FN pour nous faire croire aux pires catastrophes sécuritaire si l'on ne vote pas pour eux.

Je suis en accord avec ta conclusion mon Lug, cela dit lorsque je lis l'article que tu as partagé, parlant d'africain pour Théo, alors que c'est un Français, le parti pris flagrant dudit auteur en faveur des forces de l'ordre qui sont loin d'être des enfants de coeur, l'amalgame honteux faisant passer tous les émeutiers pour des arabes et des africains alors qu'il est une évidence pour avoir côtoyé certaines cités qu'il y a aussi des caucasiens parmi eux... Au regard de cette analyse pas objective pour un sous, je me dis que les préjugés, semblent être plutôt du côté de l'auteur et, je le pense en ce qui concerne ce sujet, de celui qui partage ses propos.

Le Gaulois libre a dit…

Tu as probablement raison, mon Lilbudha, de balayer toutes mes petites observations d’un revers de la main, comme ci ce n’était que des broutilles de gros beauf inculte aux idées étroites et bornées.

Calais était un joyeux camp de vacance du ClubMed, les campements sauvages qui fleurissent un peu de partout dans la capitale sont juste des nouvelles formes du tourisme à la carte, tout comme la dissémination sur le territoire national de ces hordes d’illégaux dont le gouvernement ne sait plus ni quoi faire ni où les mettre. Alors il les parque dans nos campagnes histoire de leur faire voir du pays, dans l’espoir qu’ils en feront la promotion une fois rentrer chez eux...

Il n'y a donc pas de problème, tout va bien dans le meilleur des mondes, et pourvu que tout continue de la sorte.

Faut pas être plus royaliste que le roi, dit l’adage populaire. Tu imagines si les besogneux qui finance les aides sociales se mettent à ramener leur fraise, pour contester la gabegie qui en est faite au détriment de leurs congénères citoyens, ou irions-nous...

France de ton malheur tu es cause en partie,  
Je t'en ai par mes vers mille fois avertie. 
Tu es marâtre aux tiens et mère aux étrangers 
Qui se moquent de toi quand tu es au danger, 
Car la plus grande part des étrangers obtiennent 
Les biens qui à tes fils justement appartiennent.
 

Pierre de Ronsard  (1524 -1585) Elégies 

Lilbudha a dit…

Mon Lug, ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit en caricaturant ma pensée. J'ai juste tenté, du haut de mes petites connaissances, de te dire ce que je pensais sur le sujet que nous abordons ensemble, en opposant loyalement et cordialement des arguments aux tiens.

Très loin de moi l'idée de dire que tu n'es qu'un gros beauf inculte et borné aux idées étroites. Je pense que tu sais bien que ce n'est pas le fond de ma pensée et si tu ne le sais pas, je te garantis que ce n'est pas le fond de ma pensée. D'ailleurs, je n'oublie pas que si je m'exprime et arrive à mettre en forme ma pensée de cette façon, c'est en partie grâce à toi ! :)

Et non, tout ne va pas bien concernant cette situation, je n'identifie simplement pas les mêmes causes, ne situe pas les mêmes priorités d'actions (évasion fiscale en ce qui concerne le manque à gagner) et ne fais pas les mêmes amalgames et stigmatisations (migrants / français d'origine non caucasienne) que pratique l'auteur du billet que tu as partagé, voilà tout.

Bien à toi mon cher ainé.