mercredi 1 mars 2017

Dialogue N° 15 : La bonne Foi et la Raison, les religions. 7 (MAJ du 07/03/2017)






Maître, c'est quoi exactement la Haute Magie ?








Patience, nous n'en sommes pas encore à ces niveaux, si par chance et endurance dans ta quête de Connaissances tu y parviens jamais. Pour le moment, efforce-toi de discerner la Foi éclairée par la Raison, de l'énergie fossile qu'est la Foi aveugle qui emprisonne les Consciences peu éveillées dans un dogme philosophique ou religieux sectaire et asservissant, au sein duquel se complait l'intellect raisonneur. Lorsque tu auras véritablement saisi ce qui distingue l'une de l'autre, alors tu pourras utiliser librement la première : la bonne Foi, sans te laisser conditionner et corrompre par la deuxième : la mauvaise Foi. 

S'il y a bien un domaine où la Haute Magie est systématiquement confrontée à la sorcellerie, c'est bien dans celui des Religions qui se sont laissées phagocyter par des asuras lorsque les générations des dignitaires de leurs clergés en ont profané la pureté et la vérité du dogme et l'ontologie originelle, pour en tirer cupidement un profit de domination, d'admiration et de quoi satisfaire leurs plus bas désirs, envies, passions et vanités. Lorsque l'ignorance vient profaner les rituels d'un culte religieux en le vidant de son contenu spirituel pour le remplacer par des gesticulations émotionnelles, la conséquence inévitable est celle qui se traduit par la contamination de la corruption de ses valeurs les plus nobles, les plus altruistes et lumineuses. L'ignorance est l'épouvantable poison de la corruption. Tout commence par la tentation, la cupidité, l'ambition personnelle, la vanité, l'orgueil, la convoitise et surtout la certitude de détenir La Vérité. Autant la Foi éclairée par la Raison est en mesure d'accéder au sceptre du pouvoir réservé à la forme la plus glorieuse à laquelle peut prétendre une Conscience totalement dévouée au Dharma - seule condition pour pratiquer la Haute Magie, - autant une Conscience qui se laisse corrompre par l'illusion de l'erreur, du vice, de la faiblesse des sens, le manque de discernement subtil, la paresse, les émotions et passions délétères, déchoit rapidement de ce niveau propre à la forme glorieuse seule digne de la pratique de la Haute Magie, pour ne plus avoir accès qu'à la plus néfaste des sorcelleries ou au mysticisme délirant. 

Si tu dois comparer les pouvoirs de la Haute Magie avec ceux bien réels et puissants de la sorcellerie, sache que les premiers sont libérateurs et évolutifs, alors que les seconds sont asservissants, autodestructeurs et involutifs. La Haute Magie est aux Lois de la Divine Providence ce que la sorcellerie est aux lois de causalité. Si, comme le disait si justement Eliphas Lévis, le diable se donne au Mage, le sorcier, lui, se donne au diable. Tu pourras d'ores et déjà constater que s'il y a une intelligence du bien et une intelligence du mal, il y a aussi une Foi propre à la volonté de Bien, et une Foi spécifique à la volonté de Mal. Ceci pour dire qu'il ne suffit pas d'être capable d'activer ses Facultés supérieures, encore faut-il que la Conscience soit en capacité de discerner la tonalité vibratoire évolutive du Bien, avec laquelle elle entend volontairement s'harmoniser, d'avec les basses intensités vibratoires involutives du Mal, que la Genèse du Sépher de Moïse appelle : l'attracteur cupide. Celui-ci étant la cause de la chute d'Adam dans le cycle des réincarnations. 

Toutes les grandes traditions religieuses ou de philosophies spirituelles reposent sur ces précieux Enseignements de la Sagesse immémoriale. Quant à la Haute Magie, ce que je peux t'en dire pour le moment, sans profaner sa pratique que tout officiant a dans l'obligation de protéger, sache qu'elle repose sur le Pouvoir de la Volonté donnant la primauté à la Faculté intuitive spirituelle, dans le cadre de ce redoutable rituel qu'est la pratique constante d'une pensée juste en vertus. Tu remarqueras que cette Haute Magie ne peut pas être accessible aux "athées" puisqu'ils font reposer leurs facultés cognitives uniquement sur la Raison, refusant délibérément d'activer leur Foi et leur Faculté intuitive spirituelle. Quelle que soit l'intelligence de cet athée, il ne parviendra jamais à franchir les étroites limites de sa condition humaine, puisque pour lui ces limites sont indépassables pour des "raisons" purement dogmatiques, faisant de la causalité son credo et du hasard sa divinité tutélaire qui empêche sa Raison de sombrer dans le chaos et la folie lorsqu'elle est confrontée à ce qui est la règle commune de la Création, je veux parler du processus phénoménal.



Aucun commentaire: