mardi 27 octobre 2015

Dialogues N° 3 : L'illusion du temporel.






Maître, l'illusion temporelle est finie, mais à quoi se rattache-t-elle ?








L'illusion temporelle d’apparence concrète, c'est la brume du matin qui dissimule au voyageur le riche paysage de la réalité subjective abstraite et intemporelle, en ne lui laissant entrevoir que des aspects parcellaires de celle-ci. 

L'illusion n'est pas plus la réalité que la brume est le paysage. C'est juste un état de Conscience, comme la brume est un état climatique qui nimbe le paysage de son voile éphémère.



Maître, l’illusion serait donc une sorte de rêve que ferait une Conscience peu ou pas suffisamment éveillée?





C’est exactement cela : une Conscience qui rêve qu’elle est éveillée, alors qu’elle est plongée dans les élucubrations et les chimères de son ignorance que produit son état d’inconscience, sous l'emprise des asura qui ne cherchent qu'à asservir à leur volonté les Consciences qui ne maîtrisent pas encore la leur. 

Il te faut noter que - selon les plus anciens enseignements de la Sagesse immémoriale - le pouvoir des asura ne repose que sur la Maya, ce qui en dit long pour ceux qui savent discerner le haut du bas, le subtil de l’épais, le «Bien» du «Mal». 

Ce rêve dont tu parles, concernant l’illusion, est surtout un épouvantable cauchemar animé par les zombis que sont les monstrueuses pensées fossiles, venant polluer une Conscience, et que manipulent habilement les asura, ces serviteurs zélés de l’implacable causalité karmique.



Maître, mais alors quand est-ce que la Conscience réalise qu’elle rêve, et que par cette prise de conscience elle peut espérer sortir de cette illusion ?



La Conscience peut sortir de l’illusion temporelle, justement parce que cet état d'illusion, comme la brume, est temporaire (mortelle). 

Je ne sais pas si tu vas saisir toutes les arborescences de ce qui pourrait t’apparaître comme une évidence un peu simpliste. Mais s’il est possible de sortir d’un état fini, qui possède un début et une fin, conviens que c’est pour se retrouver dans autre chose que ce qui est limité et périssable, et qu’il ne peut pas en être pareillement d’un état infini et éternel qui ne possède ni début ni fin. 

Donc, si le temporel est illusion c’est justement parce qu’il a la possibilité de se manifester dans le sein de la réalité abstraite subjective qu’est l’intemporalité de l’Éternel Présent. 

Pour en revenir à la sortie de cette illusion, elle prend fin lorsque la Conscience perçoit qu’elle n’est pas cette illusion, et encore moins ce que cherchent à lui imposer les asura sous forme de sensations, désirs, émotions et passions, mais que cette illusion est simplement un état transitoire d’ignorance qu’elle doit obligatoirement éprouver pour activer ses propres Facultés. État qui lui a donné l’impression temporaire d’être une chimérique réalité concrète. Un peu comme le spectateur d’un film qui expérimente l’état de Conscience du héros de l’histoire auquel il s’identifie, pendant la durée du spectacle, tout en sachant qu’à la sortie de la salle du cinéma il redeviendra ce qu’il pense être réellement. 

L'illusion est donc le moyen d'explorer les mirages des éphémères champs du possible de l'ignorance, jusqu'à ce que la Conscience parvienne à découvrir sa propre réalité grâce à sa Faculté de discernement. Une fois cette distinction devenue effective, il lui faudra alors activer ses autres Facultés supérieures pour parvenir à sortir volontairement de ce songe propre à l’inconscient collectif, mais ceci est une autre histoire. 




Maître, pourquoi l’intemporel ne serait-il pas aussi une illusion ?




Admettons ton hypothèse. Mais alors que choisirais-tu entre une illusion éphémère et rapidement périssable avec la forme de sa manifestation, et une autre dont la fin ne serait pas perceptible, aussi loin que le regard de l’imagination la plus prolifique puisse porter, et dont la Faculté d’adaptation lui permettrait de s’affranchir de toutes les formes périssables qu’elle serait capable d’emprunter ? 

Lorsque tu tentes d'éteindre toutes les illusions, il reste toujours cette immuable réalité subjective abstraite qui a permis qu'elles puissent exister. 

Le Principe de l’illusion est beaucoup plus complexe que ce qu’imagine ton intellect raisonneur. Il a un lien direct avec la Vérité. Plus on s’éloigne de la Vérité, plus on génère des illusions. 

Ce Principe a été remarquablement décrit dans la tradition orientale avec les quatre Yugas. Le premier, le Krita Yuga est celui du règne complet du Dharma. Les Consciences qui sont en manifestation dans ce Yuga n’ont ni besoin de religion, ni de plusieurs Véda, puisqu’elles sont en symbiose totale avec la Vérité qui se traduit par un état permanent d’omniscience. Le deuxième, le Tetra Yuga le Dharma, qui est symboliquement représenté sous la forme d’une vache, n’a plus que trois pieds ; le Véda n’est plus unique, mais devient multiple, la Vérité n’est plus Omnisciente, mais se manifeste sous différentes sciences (vérités relatives). La Foi n’est plus une évidence naturelle lumineuse, et qu’il serait stupide de contester, mais une diversité de croyances donnant obligatoirement naissance aux Religions et aux rituels qui en sont les moyens d’expression. Le troisième, le Dvapara Yuga, le Dharma n’a plus que deux pieds, les Véda se multiplient, les vérités relatives et les croyances aussi, ainsi que les illusions puisqu’en s’éloignant du Dharma, on s’éloigne de la Vérité absolue. Le quatrième, le Kali Yuga, celui dans lequel nous sommes, le Dharma n’a plus qu’un pied, autant dire que ce n’est plus la Vérité qui domine, avec ses vertus et son harmonie, mais l’illusion qui n’est que mensonges, vices, corruptions, violences, régressions, destructions, ce qui caractérise le règne de la déesse Kali. Déesse qui est crainte tout autant que vénérée, car elle est la destructrice du mal et permet aux Consciences qui n’ont pas sombré dans les turpitudes de l’âge noir, de ne pas avoir peur de cette destruction, car c’est aussi l’annonce de leur libération. 

Donc, pour en revenir à ta question, la Vérité absolue immuable qui caractérise l’âge dit : parfait, qu’est le Krita Yuga, le plus long des quatre Yugas, est celle qui demeure lorsque les trois autres ont cessé de se manifester en tant qu'illusions. Tu n’es pas obligé d’y croire, mais c’est dans l’obscurité que s’éprouve véritablement la Foi que l’on peut avoir en l’existence de la lumière de la Vérité, et c'est cette Foi qui t’engagera à partir à sa quête et te libérera de l’ignorance (obscurité), et de ses illusions.



Maître, est-il véritablement possible, à une Conscience incarnée dans le Kali Yuga, de sortir de l’illusion, qu’elle soit petite ou grandiose ? 



 Ce a quoi je te précise à nouveau : qu’il est toujours possible de sortir d’une illusion, car ce qui reste in fine est justement la Réalité subjective abstraite que constitue l’immuable Vérité Absolue du Divin Créateur. Sans cette Immuable Vérité, le fiât lux de la Genèse, il n'y aurait ni création ni illusion. 

L’illusion c’est l'ensemble de toutes les formes (vérités relatives) que peut prendre l’Énergie Vitale sous l'aspect d'un état de Conscience plus ou moins développé (plus ou moins proche de la Vérité), mais lorsque cette Conscience, qui est le saint Graal seul capable de contenir cette divine Énergie Vitale, parvient à faire en sorte que sa pensée cesse de se manifester dans une forme spécifique (non identification dans le temporel), elle redevient l'ombre-nôtre (à l’image du Divin Créateur), qu'indique le Sépher de Moïse, de cette indéfinissable réalité subjective abstraite qu’est l’Énergie Vitale, qui, selon la célèbre formule de Lavoisier, ni ne se crée ni ne se perd, mais sans cesse se transforme selon le désir d'identification à une forme, de la Conscience qui la contient. Forme qu’elle animera par ses propres pensées tant que durera cette identification. 

Une Conscience n’est pas autre chose que cette sublime Pensée du Divin Créateur qui en fait spécifiquement sa progéniture capable, selon son état de développement, de contenir une parcelle, plus ou moins grande, de cette Pierre philosophale qu’est l’Énergie Vitale (l'Anima Mundi). 

Ce qui me fait dire que si le Divin Créateur est moi, par le processus de filiation, je ne suis pas pour autant le Divin Créateur, mais qu’un des innombrables aspects (Fils) de Celui-ci. 

Le seul et unique moyen pour sortir des cauchemars grotesques qui peuplent l'Ère du Kali Yuga est l'accession à la Connaissance et le retour au dévouement (alignement) au Dharma (l'immuable Vérité Absolue). Ce qui se caractérise par la pratique désintéressée au profit de l'utilité commune au moyen de pensées justes en vertus propres à une nature dévique.



Maître, si l’on considère que l’immuable Vérité Absolue du Divin Créateur puisse, elle aussi, être une illusion, serait-il possible alors d’en sortir ? 



 Admettons la chose possible. Alors il te faudrait répondre à ces trois questions :  comment parvenir à le faire ? Pour aller où ? Et pour être quoi ? Car si la Vérité absolue n'est plus Immuable, comme elle est l'expression du Divin Créateur qui est le Seul à posséder cette fonction universelle, la Création disparaît puisqu’elle n’est plus infinie, ainsi que le temps et l'espace et toi aussi par la même occasion. 

Quelle que soit la nature d'une illusion, elle aura toujours besoin de l'appui d'une réalité subjective abstraite immuable sans laquelle elle ne pourrait se manifester. Une bulle de savon, aussi creuse soit-elle, ne pourrait se passer de l'eau, de l’air, du feu et de la terre, sous forme de savon, pour avoir une apparence. Lorsque la bulle de l'illusion éclate, il reste toujours un peu d'eau savonneuse qui est sa minuscule part de vérité, et cette part d’air qui retourne à son groupe. Donc, pour répondre directement à ta question, tu peux toujours créer l'illusion de sortir de l'Immuable Vérité Absolue, sans pour autant ne jamais y parvenir, car tu ne feras que la remplacer, temporairement et caricaturalement, par un artefact que tu appelleras hasard ou nécessité, mais qui ne sera que l'indispensable recours à cette réalité subjective abstraite dont rien ni personne ne peut jamais se passer. 

L'illusion peut fantasmer sur l'inconsistance de la Vérité Absolue, sans pour autant parvenir à s'en débarrasser complètement, alors que la réalité subjective abstraite n'a aucune nécessité de l'illusion pour demeurer éternellement l'Essence de toutes créations. 

Conclusion : il est aisé pour une illusion de prendre la Vérité Absolue pour une illusion, mais ce n'est qu'en dernier ressort qu'une illusion de sa propre illusion : une autre bulle dans la bulle. 

Considères l'illusion comme un jeu ayant ses propres règles. Cette illusion perdurera tant qu'il y aura des joueurs qui voudront y participer. La réalité n'est pas dans le jeu, mais dans la règle (un des champs du possible) que le joueur assimile et qui se laisse piéger par cette illusion lors de la mise en pratique de ce jeu.

------------------------------------------------

3 commentaires:

Lilbudha a dit…

Proposition de réponse à la question :
Maître, pourquoi l’intemporel ne serait-il pas aussi une illusion ?

Ce qui est intemporel est ce qui restera après toutes les illusions et le point au centre du cercle duquel elles viennent s'imbriquer, avec les plus éphémères à l'extérieur du cercle et les moins éphémères vers le centre. Nous pouvons donc affirmer que ce qui est le plus intemporel constitue la seule Réalité, celle qui est immuable, infini, éternel et indestructible.

Une illusion l'est toujours par rapport à une réalité, le grand architecte Maya se sert de cette dernière pour créer l'illusion du temps, des formes, des sujets et des objets, enfermant la Conscience dans une notion de séparativité des choses, et non d'interdépendance comme c'est réellement le cas et c'est d'ailleurs ce qui permet à la Conscience de franchir les limites de sa forme d'identification. Mais après l'illusion, après ce qui naît et ce qui meurt, reste toujours la même vérité immuable et éternel et qui est la Réalité d'une Conscience éveillée à sa véritable condition.

Si tout était illusion, même ce qui est le plus intemporel et universel, alors nous serions dans le Chaos d'un univers anarchique, n'ayant ni haut, ni bas. Cette vision apocalyptique est le propre d'une vision horizontale des choses, qui n'opère pas la distinction entre ce qui est le plus intemporellement vrai et ce qui l'est moins.

L'intemporel n'est donc pas une illusion car il est ce qui subsistera après la fin de toutes les illusions, il est ce qui permet aux illusions de naître, de croître et de mourir. En clair, il transcende l'illusion, lui fournit son essence, un point d'ancrage, mais il n'est pas l'illusion, or ce qui n'est pas illusion est nécessairement La Réalité.

Lilbudha a dit…


Proposition de réponse à la question :
Maître, est-il véritablement possible, à une Conscience incarnée dans le Kali Yuga, de sortir de l’illusion, qu’elle soit petite ou grandiose ?

Qu'elle soit petite ou grandiose, il est toujours possible pour une Conscience de sortir de l'illusion. Le Kali Yuga est toutefois l'ère où les asuras ont le plus d'influences et où leurs capacités de nuisances est à son paroxysme. Par conséquent, c'est aussi l'ère où la Conscience peut progresser le mieux puisque l'adversité y est intense. La Conscience est dans la nécessité de s'arrimer solidement à la Foi pour espérer fouler un jour les terres de l'Éternel Moment Présent, d'autant plus solidement que les asuras sont puissants et ont la capacité de l'asservir

Certains voient donc dans le Kali Yuga une formidable opportunité d'evolution car la solidité des Connaissances accumulées sera, apres cette épreuve, sans faille, permettant à la Theba construite volontairement par une Conscience éveillée de résister au dernier Déluge, le plus puissant.

La difficulté est donc élevée mais c'est aussi le prix à payer du mérite et chacun est libre de profiter de cette opportunité pour travailler dans le sens de l'évolution ou de se laisser glisser sur la pente de l'involution.

Franchement, une Conscience qui parvient malgré la pollution actuelle: mentale, astrale et physique, à avoir l'intime conviction de sa nature Divine et mieux encore, à la refléter, mérite les plus beaux trésors de la Connaissance.

Lilbudha a dit…


Proposition de réponse à la question :
Maître, si l’on considère que l’immuable Vérité Absolue du Divin Créateur puisse, elle aussi, être une illusion, serait-il possible alors d’en sortir ?

Tu te souviens probablement que la Foi doit être soutenue par la Raison, or la raison nous indique que s'il y a une illusion, quelle qu'elle soit, alors il y'a necessairement réalité. Lorsque l'illusionniste fait son tour il n'occulte en rien la réalité de ses gestes, il donne l'impression qu'il se déroule autre chose, et ses spectateurs, impressionnables pour la plupart, n'y voit que du feu comme on dit.

Ceci pour dire qu'il en est de même pour la Conscience, où les asuras sont les illusionnistes. La réalité de ce qu'il se déroule et des moyens employés peut être perceptible par le spectateur attentif, ayant en plus la liberté de changer de point de vue dans la salle, d'en apprendre plus sur le métier d'illusionniste afin de ne plus se laisser subjuguer par l'impression donnée par ce dernier mais de savoir exactement qu'elles sont ses buts et les moyens à sa disposition pour ce faire.

Une illusion a toujours pour support la réalité, or comme les illusions, malgré leur infini diversité, reposent sur des lois tangibles, non changeantes et perceptibles de la causalité, ceci nous indique que le support de ces lois n'est autre que l'immuable Vérité Absolue du Divin Créateur. Si l'on considère que cette Vérité Absolue, est une illusion, il faut alors admettre que cette Vérité n'était qu'une vérité relative et non Absolue.

En un sens tu n'as pas tort, cette Verité Absolue étant comme un horizon indépassable tant qu'une Conscience se différencie du Grand Tout, elle restera, pour elle, une sorte de mirage, de but indéfinissable, de vide majestueux emplissant tous les êtres dont nous parle avec tant de sagesse Lao Tseu dans son Tao Te King.